Accords d'entreprise

Accord d'entreprise SCHNEIDER ELECTRIC FRANCE

 Avenant n°1 à l’accord collectif sur le maintien du régime de retraite complémentaire des salariés en congé de mobilité et en pass retraite, dans le cadre de la gpec de la fonction ventes, du centre de contact clients et de la fonction cotation transact

38 accords de la société SCHNEIDER ELECTRIC FRANCE

Le 25/06/2020


Schneider Electric Industries

Schneider Electric France


AVENANT N°1 A L’ACCORD COLLECTIF

SUR LE MAINTIEN DU REGIME DE RETRAITE COMPLEMENTAIRE

DES SALARIES EN CONGE DE MOBILITE ET EN PASS RETRAITE 

DANS LE CADRE DE LA GPEC DE LA FONCTION VENTES, DU CENTRE DE CONTACT CLIENTS ET DE LA FONCTION COTATION TRANSACTIONNELLE, DE L’ORGANISATION FRANCE OPERATIONS (SOCIETE SEF)








PREAMBULE


L’avenant n°1 à l’accord relatif à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences au sein du Groupe Schneider Electric du 28 juin 2018, conclu en date du 21 mai 2019 et modifié par l’avenant n°2 du 26 mai 2020, prévoit notamment la mise en place de deux dispositifs, le congé de mobilité et le Pass Retraite, ayant pour objet de permettre à l’Entreprise d’adapter ses effectifs et ses compétences sur les fonctions dites « menacées ». L’activation de ces outils est subordonnée à la conclusion d’un accord de « déclinaison ».

Un accord de déclinaison a été conclu le 30 octobre 2019 au sein de l’Unité Economique et Sociale constituée entre les sociétés Schneider Electric Industries et Schneider Electric France, modifié par avenant du 26 mai 2020, afin notamment de déployer les outils susvisés au sein des Fonctions Vente, du Centre Contact Clients et des centres de Cotation Transactionnelle, de l’organisation France Opérations de la société Schneider Electric France (champ d’application précisé au chapitre 1 de ces accords).

Dans ses articles 4.1.2 et 17.4.1, l’avenant n°1 à l’accord relatif à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences au sein du Groupe Schneider Electric du 28 juin 2018, modifié par l’avenant n°2 du 26 mai 2020, prévoit que les salariés bénéficiant du congé de mobilité et du Pass Retraite, puissent, en cas de signature d’un accord collectif, continuer à obtenir des points de retraite complémentaire durant ces périodes. Dans ce cas et sous réserve de l’autorisation ou de l’absence d’opposition du régime de retraite concerné, les cotisations seront calculées comme si les intéressés avaient poursuivi leur activité dans des conditions normales.

A cette fin, la Direction et les Organisations Syndicales représentatives au niveau de l’UES SEI-SEF se sont entendues pour conclure le présent avenant qui s’inscrit pleinement dans le cadre des dispositions des accords et avenants susvisés et des délibérations 22B et D25 de l’AGIRC-ARRCO.


Article 1 – Champ d’application


Le présent avenant s’impose à tous les salariés ayant opté - en application de l’accord du 30 octobre 2019, modifié par avenant du 26 mai 2020 (et par les éventuels avenants à ces accords qui seraient conclus postérieurement), relatif à la déclinaison, au sein des Fonctions Ventes, du Centre Contact Clients et des centres de Cotation Transactionnelle, de l’organisation France Opérations de la Société SEF (UES SEI-SEF), des outils de la GPEC définis par l’avenant n°1 du 21 mai 2019 à l’accord relatif à la GPEC au sein du Groupe Schneider Electric du 28 juin 2018 et modifié par l’avenant n°2 du 26 mai 2020 - pour le congé de mobilité ou le Pass Retraite prévus par la partie 1 de cet avenant.

Article 2 – Modalités de calcul des cotisations de retraite complémentaire


Pendant toute la durée du congé de mobilité et du Pass Retraite, hors périodes de suspension en raison de périodes travaillées et rémunérées, les cotisations seront calculées comme si les salariés concernés avaient poursuivi leur activité dans des conditions normales, ce qui implique les modalités suivantes en matière d’assiette et de montant :
  • Assiette de cotisation


Les cotisations patronales et salariales afférentes au régime de retraite complémentaire seront calculées mensuellement sur la base du douzième de la rémunération entrant dans l’assiette des cotisations du régime de base de sécurité sociale perçue au titre des douze mois civils complets d’activité précédant le début du congé de mobilité ou du Pass Retraite, sous réserve de l’application des plafonds fixés par l’article 32 de l’Accord National Interprofessionnel du 17 novembre 2017 instituant le régime AGIRC-ARRCO de retraite complémentaire.

  • Taux et répartition

Les taux, montant et répartition des cotisations patronales et salariales afférents seront identiques à ceux pratiqués pour les salariés poursuivant leur activité professionnelle et relevant de la même catégorie.

Les cotisations salariales seront précomptées sur l’allocation versée pendant le congé de mobilité ou le Pass Retraite.
Ces éléments apparaîtront sur le bulletin de salaire qui sera établi à l’échéance normale de la paye.

Article 3 –  Application de l’avenant


L’application du présent avenant est subordonnée à l’autorisation ou l’absence d’opposition du régime de retraite concerné auquel copie du présent avenant sera adressée.

  • Date d’entrée en vigueur de l’avenant - Durée


Le présent avenant prendra effet dès l’accomplissement des formalités de dépôt et de publicité faisant suite à sa signature.

Il expirera à l’issue des derniers congés de mobilité et Pass Retraite pour lesquels des salariés auraient opté dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord du 30 octobre 2019, modifié par avenant du 26 mai 2020, relatif à la déclinaison, au sein de la Fonction Vente, du Centre Contact Clients et des centres de Cotation Transactionnelle, de l’organisation France Opérations de la Société SEF (UES SEI-SEF), des outils de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) définis par l’avenant n°1 du 21 mai 2019 à l’accord relatif à la GPEC au sein du Groupe Schneider Electric du 28 juin 2018 et modifié par l’avenant n°2 du 26 mai 2020 et modifié par l’avenant n°2 du 26 mai 2020, sans pouvoir se transformer en accord à durée indéterminée.

  • Révision

Cet avenant pourra, le cas échéant, être révisé pendant sa période d’application, notamment en cas d’opposition du régime de retraite concerné et ce, conformément aux dispositions des articles L. 2261-7-1 et L. 2261-8 du Code du travail.

La demande de révision peut être partielle ou porter sur la totalité de l’avenant.

  • Si elle émane de la Direction, la demande devra être adressée aux organisations syndicales représentatives dans l’UES à la date à laquelle le processus est engagé, que ces organisations soient signataires ou non signataires,

  • Si elle émane d’une ou plusieurs organisations syndicales représentatives signataires ou adhérentes, la demande devra être adressée à la Direction. Dans cette dernière hypothèse, la Direction portera la demande de révision reçue à la connaissance des autres organisations syndicales représentatives dans l’UES.

Les Parties signataires du présent avenant et présentes dans l’UES s’engagent à participer de bonne foi aux réunions organisées par la Direction en vue de la négociation d’un éventuel avenant de révision, ce qui ne saurait, bien entendu, les engager à signer quelque accord ou avenant de révision que ce soit.

L’avenant de révision pourra être signé par la Direction et par une ou plusieurs organisations syndicales représentatives dans l’UES suivant les conditions fixées par la Loi.

Copie de l’accord ou de l’avenant portant révision devra être déposée auprès de l’autorité administrative compétente.
  • Dépôt et publicité de l’avenant

Conformément aux articles D. 2231-2 et suivants du Code du travail, le présent avenant est déposé en version électronique sur la plateforme « TéléAccords » qui le transmettra ensuite à la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) compétente, selon les formes suivantes :

- Une version électronique, non anonymisée, présentant le contenu intégral de l’avenant déposé, sous format PDF, datée, revêtue du lieu de signature et des signatures originales, accompagnée des pièces nécessaires à l’enregistrement ;

- Une version électronique de l’avenant déposée en format .docx, anonymisée, dans laquelle toutes les mentions de noms, prénoms des personnes signataires et des négociateurs (y compris les paraphes et les signatures) sont supprimées (non-visibles), et uniquement ces mentions. Les noms, les coordonnées de l’entreprise devront continuer à apparaître, ainsi que les noms des organisations syndicales signataires, le lieu et la date de signature ;

- Si l’une des parties signataires de cet avenant souhaite l’occultation de certaines autres dispositions, une version de l’avenant anonymisée en format .docx, occultant les dispositions confidentielles et accompagnée du dépôt de l’acte d’occultation signé par les parties signataires de l’avenant.

Un exemplaire signé est par ailleurs déposé au secrétariat-greffe du Conseil de prud’hommes de
Nanterre.

  • S’ajoute à ces formalités une information du régime de retraite concerné.

Le présent avenant comporte 5 pages numérotées de 1 à 5.

Sa signature est intervenue le 25 juin 2020 à Rueil-Malmaison entre les représentants de la Direction de Schneider Electric Industries et Schneider Electric France et les Organisations Syndicales soussignées.

Pour les sociétés Schneider Electric Industries et Schneider Electric France




Pour les organisations syndicales représentatives au sein de l’UES SEI-SEF :


Directeur des Ressources Humaines

CFDT








Directeur de la Stratégie Sociale
et des Relations Sociales

CFE-CGC








CFTC












FO





M.