Grève : quelles conséquences sur le fonctionnement de l’entreprise ?

L’employeur ne peut pas remplacer un salarié gréviste pour assurer la continuité de son activité en ayant recours à un CDD ou à un contrat de travail temporaire. (L.1242-6 et L.1251-10 du Code du travail).

Néanmoins, l’employeur est autorisé à recourir aux salariés disponibles et non-grévistes au sein de l’entreprise. Il lui est alors possible de les affecter à des postes vacants en raison de la grève en cours.

A noter toutefois, que l’employeur devra veiller à s’assurer que le salarié dispose des qualifications professionnelles adéquates avec le poste concerné.

Exceptionnellement, l’employeur a également la possibilité de recourir à des sous-traitants. (Cass. Soc 11 janvier 2000 n°97-22025).

Enfin, en l’absence de texte conventionnel prévoyant la possibilité exceptionnelle pour l’employeur de recourir à des salariés en grève, il est interdit d’interrompre une grève.

Par ailleurs, le Juge des référés ne peut réquisitionner des salariés grévistes et ce, même en cas de force majeure. Exemple : lors de la survenance d’un dommage imminent – (Cass. Soc 25 février 2003 n°01-10812).

Un salarié gréviste peut-il récupérer ses heures de travail ?

Un salarié gréviste ne peut récupérer ses heures non travaillées pour cause de grève. (L.3122-27 du Code du travail).

Toutefois, un accord de fin de grève peut autoriser la récupération des heures perdues, bien que cela soit particulièrement rare.

Quelles sont les obligations de l’employeur ?

L’employeur est tenu au paiement de la rémunération des salariés non-grévistes pour leurs heures de travail effectives.

Lorsque qu’un salarié non-gréviste est affecté au poste d’un salarié gréviste, l’employeur ne peut utiliser ce motif afin de réduire sa rémunération. (Cass. Soc 4 octobre 2000 n°98-43475).

Le maintien de la rémunération du salarié non-gréviste peut être amené à subir des modifications lorsque l’employeur est confronté à une situation extrême.

Cela se traduit concrètement par une impossibilité pour l’employeur d’assurer le fonctionnement de l’entreprise. (Cass. Soc 11 mars 1992 n°90-42817).

Cette situation peut être la conséquence :

  • D’une asphyxie de l’entreprise ;
  • D’un impératif de sécurité.

Dans le cas où l’employeur se trouve dans l’incapacité de fournir un travail aux salariés non-grévistes, il n’est pas contraint de payer l’intégralité des salaires.

 

Enfin, l’employeur peut décider d’imposer le chômage partiel à ses salariés mais il devra apporter la preuve de l’existence d’une situation contraignante. Dans le cas contraire, il devra s’acquitter d’une indemnité compensatrice de salaire auprès des salariés non-grévistes. (Cass. Soc 8 avril 1992 n°89-40967).

 

A noter que : Le commencement d’une grève peut ordonner la mise en place de mesures permettant de garantir la santé et la sécurité des salariés.

Fascicule mis à jour le 23 octobre 2018.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    14 Arrêté du 11 juin 2024 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 établissant la liste des mentions et pièces justificatives permettant d'accéder aux versements pour la retraite

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité