La résiliation judiciaire : votre salarié résilie son contrat !

La résiliation judiciaire c’est quoi ?

La résiliation judiciaire a lieu à l’initiative du salarié. C’est le salarié qui saisit le Juge afin qu’il se prononce sur la responsabilité éventuelle de l’employeur.

C’est à lui qu’incombe la responsabilité de démontrer l’existence d’une inexécution ou d’une mauvaise exécution du contrat de travail par l’employeur.

S’il ne peut pas s’agir de manquements collectifs à l’encontre de l’ensemble des salariés, il doit s’agir de manquements contractuels suffisamment graves afin qu’ils rendent impossible la poursuite du contrat de travail. Ainsi, si le salarié tarde trop à effectuer sa demande de résiliation, cette dernière perdra en crédibilité.

Ce n’est pas le manquement en tant que tel qui justifie la résiliation pour le Juge mais bien les conséquences du manquement sur la poursuite du contrat pour le salarié.

Le préjudice doit être grave pour le salarié et les Juges sont seuls maîtres de cette appréciation.

Un élément important, qui mérite d’être souligné pour l’employeur, est que le Juge tient compte des circonstances intervenues entre la saisine et le jour de sa décision.

Aussi, si l’employeur se met en conformité dans ce laps de temps, le Juge peut décider que la demande de résiliation n’est plus justifiée.

Quels sont les effets de ce mode de rupture à l’initiative du salarié ?

La saisine du Juge n’a pas pour effet, de rompre immédiatement le contrat de travail. D’ailleurs, si le Juge estime que la demande du salarié est infondée, le salarié doit continuer à exécuter son contrat de travail comme rien ne c’était passé.

Dans cette hypothèse, il n’y a aucune conséquence.

En revanche, si le Juge constate des manquements graves de l’employeur, il devra alors prononcer la résiliation judiciaire du contrat.

Cette résiliation n’est pas rétroactive, elle n’aura d’effet que pour l’avenir et produira les effets d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse (Indemnité de rupture selon le barème…)

La rupture prendra alors effet, à la date du prononcé de la décision.

-

Fascicule mis à jour le 24 juin 2019.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Décret 18 juin 2024 relatif à la préparation opérationnelle à l’emploi individuelle

    Abonnés21 juin 2024

  • Journal Officiel21 juin 2024

    13 Arrêté du 13 juin 2024 modifiant l'arrêté du 25 novembre 2019 relatif aux modalités de demande ou de renouvellement d'agrément d'accords en faveur des travailleurs handicapés

  • Journal Officiel21 juin 2024

    14 Arrêté du 14 juin 2024 relatif à la liste électorale et aux opérations électorales pour la mesure en 2024 de l'audience syndicale dans les entreprises de moins de onze salariés

  • Journal Officiel21 juin 2024

    17 Arrêté du 19 juin 2024 fixant le montant brut de l'indemnité journalière de nourriture des marins

  • Faute inexcusable : définition

    Droit social20 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité