Congé de Maternité : Rémunération, Indemnisation, Incidence sur les Congés Payés

A l’issue du congé de maternité, la salariée retrouve son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d’une rémunération au moins équivalente – (L.1225-25 du Code du travail).

Le plus souvent, le maintien de rémunération de la salariée en congé de maternité est prévu  par la convention collective.

Quelle rémunération pour la salariée en congé de maternité ?

Conformément à l’article L.1225-10 du Code du travail, la salariée bénéficie d’une garantie de rémunération pendant la suspension du contrat de travail, composée de l’allocation journalière prévue à l’article L.333-1 du Code de la sécurité sociale et d’une indemnité complémentaire à la charge de l’employeur. La convention collective peut prévoir des dispositions spécifiques notamment liées à l’ancienneté ou en matière de subrogation avec les services de sécurité sociale.

En l’absence d’accord collectif déterminant des garanties d’évolution de la rémunération des salariées pendant le congé de maternité et à la suite de ce congé, les augmentations générales ainsi que la moyenne des augmentations individuelles perçues pendant la durée de ce congé par les salariés relevant de la même catégorie professionnelle ou, à défaut, de la moyenne des augmentations individuelles dans l’entreprise doivent être considérées – (L.1225-26 du Code du travail).

Ainsi, le versement d’une prime exceptionnelle à la salariée à son retour de congé de maternité ne peut se substituer à l’augmentation de salaire effectuée conformément à la loi durant son congé – (  Cass. soc., 14 février 2018, n°16.25323).

Le salaire de base et les avantages y afférant sont notamment pris en compte pour le calcul en matière de rattrapage salarial.

Congé de maternité et congés payés

Le congé de maternité est assimilé à du temps de travail effectif.  Il est dès lors pris en compte pour le calcul des congés payés.

Régime d’indemnisation du congé de maternité

La salariée en congé de maternité bénéficie d’indemnités journalières de sécurité sociale.

Toutefois, la demande d’indemnisation est subordonnée à certaines conditions :

  • la salariée doit être affiliée à la sécurité sociale au moins 10 mois avant la date présumée de l’accouchement ;
  • la salariée doit avoir cessé toute activité pendant au moins 8 semaines.

La salariée peut avoir travaillé un certain nombre d’heures au cours des 3 mois civils ou des 90 jours précédant la naissance ou le début de la grossesse l’arrêt ou avoir cotisé sur la base d’une rémunération au moins équivalente à 1 015 fois le smic horaire durant les 6 mois précédant le début du congé avant la naissance ou le début de la grossesse.

Le salaire perçu au cours des mois précédant l’accouchement doit être pris en compte pour le calcul de l’indemnité journalière.

Les indemnités journalières sont versées à l’employeur en cas de subrogation.

 

Bon à savoir : Les indemnités journalières versées pendant le congé de maternité sont notamment soumises à l’impôt.

 

 

Fascicule mis à jour le 12 décembre 2019.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

  • Clause de non-concurrence / Contrepartie financière Cass.soc.22 mai 2024, n°22-17.036

    A la loupe07 juin 2024

  • Discrimination / Syndicat Cass.soc.22 mai 2024, n°22-24.053

    A la loupe07 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité