La réduction générale de cotisations : modalités pratiques

L’employeur peut appliquer la réduction générale sur les rémunérations inférieures à 1.6 Smic par an – (Smic majoré de 60%) sur les cotisations et contributions patronales suivantes :

  • assurances maladie, invalidité-décès, vieillesse ;
  • allocations familiales ;
  • accidents du travail ;
  • Fnal ;
  • solidarité autonomie(CSA) ;
  • retraite complémentaire légalement obligatoires (Agirc-Arrco) ;
  • assurance chômage (taux à 4,05 %).

 

Le Smic à prendre en considération

Le Smic à prendre en compte est le Smic tel qu’il est réévalué chaque année pour un équivalent temps plein. Pour un salarié à temps plein, il convient de diviser le montant annuel du Smic par 12, lui-même correspondant au Smic horaire sur 52 semaines sur un an à 35 heures de travail par semaine.

Pour les salariés qui ne sont pas à temps plein, ou qui ne sont pas employés sur toute l’année, le Smic pris en compte est celui qui correspond à la durée de travail prévue au contrat au titre de la période pendant laquelle ils sont présents dans l’entreprise – (L.241-13 du Code de la sécurité sociale et L.111-2 du Code du travail).

Le raisonnement est identique pour les salariés ayant une rémunération n’étant pas fixée sur la durée légale, il convient alors de prendre en compte la durée prévue contractuellement en comparaison à la durée légale – (hors heures supplémentaires).

L’employeur doit alors effectuer un prorata fonction de la durée du travail réellement effectué par le salarié.

Une proratisation doit également être effectuée lorsque le mois travaillé est incomplet – ex : embauche, absences non rémunérées … .

Bon à savoir : Il existe des règles particulières pour les travailleurs qui ne sont pas soumis à la durée légale du travail ou disposant d’un statut particulier- ex : VRP, saisonniers, intérimaires, mise à disposition …

 

Réduction générale de cotisations et heures supplémentaires

Afin d’appliquer la formule de réduction, il faut prendre en compte la rémunération brute versée au salarié chaque mois, incluant les différents avantages en nature et en espèce à l’exception du remboursement des frais professionnels.

Bon à savoir: Les temps d’habillage, de déshabillage ainsi que les temps de pause rémunérés sont pris en compte dans la détermination du temps de travail.

Concernant les heures supplémentaires, ces dernières sont prises en compte dans la limite prévue d’1.6 fois le Smic. Il en va de même pour les heures complémentaires.

 

 

Fascicule mis à jour le 30 décembre 2020.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Décret 18 juin 2024 relatif à la préparation opérationnelle à l’emploi individuelle

    Abonnés21 juin 2024

  • Journal Officiel21 juin 2024

    13 Arrêté du 13 juin 2024 modifiant l'arrêté du 25 novembre 2019 relatif aux modalités de demande ou de renouvellement d'agrément d'accords en faveur des travailleurs handicapés

  • Journal Officiel21 juin 2024

    14 Arrêté du 14 juin 2024 relatif à la liste électorale et aux opérations électorales pour la mesure en 2024 de l'audience syndicale dans les entreprises de moins de onze salariés

  • Journal Officiel21 juin 2024

    17 Arrêté du 19 juin 2024 fixant le montant brut de l'indemnité journalière de nourriture des marins

  • Faute inexcusable : définition

    Droit social20 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité