Accident du travail et maladie professionnelle : le contradictoire dans l’instruction

Le caractère obligatoire du principe du contradictoire

En vertu de l’article R.441-8 du Code de la sécurité sociale, le respect du principe du contradictoire est obligatoire et primordial en matière de reconnaissance du caractère professionnel de l’accident.

Ce principe implique donc en pratique que la CPAM se charge, préalablement à sa décision, d’assurer l’information auprès de la victime et de l’employeur quant aux éléments recueillis et susceptibles de faire grief. Toujours dans le cadre du respect de ce principe primordial du contradictoire, la CPAM informe les parties de la possibilité qui leur est offerte de consulter le dossier.

 

La consultation du dossier

Cette consultation du dossier est encadrée par les dispositions de l’article R.441-8 du Code de la sécurité sociale.

Ainsi, lorsque la CPAM a engagé des investigations, elle doit à l’issue de celles-ci, et au plus tard 70 jours francs à compter de la date à laquelle la CPAM dispose de la déclaration d’accident et du certificat médical initial, mettre le dossier qu’elle a constitué à la disposition de la victime et de l’employeur.

De leur côté, la victime et l’employeur disposeront d’un délai de 10 jour franc (étant précisé que les jours francs sont des jours entiers décomptés de 0 à 24 heures) pour le consulter et faire connaître leurs observations, qui seront annexées au dossier. Ce même article du Code de la sécurité sociale prévoit qu’au terme de ce délai de 10 jours, la victime et l’employeur peuvent consulter le dossier sans formuler d’observations.

Également, il revient à la CPAM la responsabilité d’informer la victime et l’employeur des dates d’ouvertures et de clôture de la période pendant laquelle ils ont la possibilité de consulter le dossier, et celle au cours de laquelle ils peuvent formuler des observations. Cette information peut être transmise par tout moyen conférant date certaine à la réception de ladite information, et au plus tard 10 jours francs avant le début de la période de consultation du dossier.

Ces règles sont importantes car le non-respect de celles-ci a pour effet de rendre la décision de prise en charge de l’accident inopposable à l’employeur.

 

Les exceptions au principe du contradictoire

Dans certains cas, le respect du principe du contradictoire ne sera pas nécessaire. Ainsi, l’obligation d’information préalable à toute décision ne s’appliquera pas :

  • Si la CPAM n’a pas mis en œuvre de mesures d’instruction et prononce une décision de prise en charge au vu seulement de la déclaration d’accident, en l’absence de réserves de la part de l’employeur.
  • En cas de décision de la commission de recours amiable de la CPAM.
  • Si la CPAM reçoit un élément nouveau après la clôture de l’instruction ou s’il lui est nécessaire de procéder à une réouverture du dossier d’instruction clos. En effet, l’obligation d’information n’est valable que pour ce qui concerne la décision initiale. En revanche, le contradictoire devra être respecté en cas d’informations nouvelles susceptibles de modifier substantiellement le contenu du dossier.

 

Me Mélanie Le Corre

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail
MLC Avocat

Fascicule mis à jour le 27 mai 2024.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

  • Clause de non-concurrence / Contrepartie financière Cass.soc.22 mai 2024, n°22-17.036

    A la loupe07 juin 2024

  • Discrimination / Syndicat Cass.soc.22 mai 2024, n°22-24.053

    A la loupe07 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité