Bilan Social Individuel : définition

Le bilan social individualisé (BSI) est un document que certaines entreprises remettent individuellement aux salariés afin de leur présenter de façon simple et pédagogique les données sociales propres à chacun d’eux. Il comporte notamment des informations sur la rémunération (salaire et le cas échéant, intéressement, participation et primes diverses), la protection sociale et la retraite, et d’autres avantages sociaux (primes de transport, tickets restaurants, restaurant d’entreprise, action pour le logement, dotation au comité d’entreprise, véhicule de fonction, compte-épargne temps, etc.). Le BSI est totalement facultatif et ne peut, en aucun cas, remplacer la mise à disposition aux salariés du bilan social général.

 

Le BSI, un document facultatif

Deux documents peuvent être demandés par un salarié : le bilan social de l’établissement auquel il appartient, et le bilan d’entreprise dont dépend l’établissement.

Le bilan social constitue, en principe, uniquement des données chiffrées, sans commentaires.

La plupart des employeurs y inscrivent toutefois des éléments d’appréciation complémentaires. Le bilan social comporte des informations « sur l’emploi, les rémunérations et charges accessoires, les conditions de santé et de sécurité, les autres conditions de travail, la formation, les relations professionnelles, le nombre de salariés détachés et le nombre de travailleurs détachés accueillis, ainsi que sur les conditions de vie des salariés et de leurs familles dans la mesure où ces conditions dépendent de l’entreprise » – (L.2312-30 du Code du travail).

Le bilan est de la seule compétence de l’employeur.

Le bilan est susceptible d’une large diffusion puisque tout salarié de l’entreprise peut prendre connaissance des informations qu’il contient – (L.2312-31 du Code du travail).

Il est obligatoirement mis à disposition du CSE dans la BDES.

Si le bilan social est une obligation légale, réaliser un bilan social individuel régulier ne l’est pas. En effet, on vient de le voir, le Code du travail définit le cadre du bilan social de l’entreprise mais non de chaque employé. Le Code du travail mentionne seulement l’importance de faire figurer dans le bilan social de l’entreprise les caractéristiques du système d’entretiens individuels mis en place par l’entreprise.

Il n’est donc pas obligatoire légalement, bien qu’un grand nombre d’entreprises mais aussi de structures publiques recourent au BSI pour leurs salariés.

 

L’avantage du BSI

Le Bilan Social Individuel est un outil précieux pour l’entreprise. Il peut permettre de valoriser la politique de rémunération en favorisant notamment l’adhésion, la motivation et l’engagement sur la durée des salariés.

En général, chaque entreprise crée un formulaire type qu’il n’y a plus qu’à remplir et mettre à jour chaque année. Selon les fonctions occupées par les salariés et le statut de l’entreprise, le contenu d’un BSI peut varier à bien des égards. On retrouve le plus souvent les grandes catégories suivantes :

  • montant du salaire de base, des primes éventuelles et des rémunérations variables ;
  • intéressement et participation aux bénéfices ;
  • formation continue ;
  • avantages en nature (tickets restaurants, chèques vacances, logement, ordinateur ou véhicule de fonction, repas, places en crèche, etc.) ;
  • mutuelle et prévoyance retraite ;
  • dispositif d’épargne salariale ;
  • temps de travail (RTT, congés spéciaux).

 

 

Me Alassane Sy

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail

Fascicule mis à jour le 6 décembre 2021.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    14 Arrêté du 11 juin 2024 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 établissant la liste des mentions et pièces justificatives permettant d'accéder aux versements pour la retraite

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité