CSE : la gestion du temps passe en commission

Selon l’effectif de l’entreprise, des commissions spécifiques doivent être mises en place au sein du Comité Social et Economique (CSE). Il va s’agir notamment de la commission santé, sécurité et conditions de travail, la commission de l’égalité professionnelle, la commission d’information et d’aide au logement, la commission économique, ou la commission des marchés.

Le principe : un plafond d’heures

L’article R.2315-7 du Code du travail est venu poser le principe en la matière.

En principe, le temps passé dans le cadre des réunions du CSE est considéré et payé comme du temps de travail effectif, et ce dans la limite d’une certaine durée. Cette durée est fixée par accord d’entreprise, ou à défaut, par le code du travail.

Ainsi, selon l’article R.2315-7 du Code du travail précité, cette durée est fixée de la manière suivante :

  • 30 heures pour les entreprises de 300 salariés à 1.000 salariés,
  • 60 heures pour les entreprises d’au moins 1.000 salariés – (L.2315-11 du Code du travail).

De cette manière, lesdites heures ne sont pas déduites des heures de délégation dans les limites précitées. En revanche, au-delà de ces plafonds, le crédit d’heures de délégation sera utilisé de façon à pouvoir garantir un maintien de salaire.

Deux précisions doivent être apportées s’agissant de l’application de ce principe :

  • D’une part, l’effectif de l’entreprise est apprécié une fois par an, sur les 12 mois précédents, et ce à compter du premier mois suivant celui au cours duquel a été élu le Comité.
  • D’autre part, le temps passé dans le cadre des réunions de la commission santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT) est rémunéré comme du temps de travail, et ce par dérogation aux dispositions de l’article R.12315-7 du Code du travail. Ce temps ne sera également pas déduit des heures de délégation.

L’usage des heures de délégation

Les heures de délégation correspondent à un temps rémunéré comme du temps de travail.

Ainsi, les membres titulaires du CSE disposent d’un crédit d’heures de délégation qui leur permet d’exercer leur mission. Ce crédit d’heures est fixé en fonction de l’effectif de l’entreprise.

Selon l’article L.2315-7 du Code du travail, le nombre d’heures de délégation individuelle est d’au moins :

  • 10 heures par mois dans les entreprises de moins de 50 salariés,
  • 16 heures par mois dans les entreprises de 50 salariés et plus.

Ces dispositions sont supplétives, de sorte qu’elles ne s’appliquent qu’en l’absence d’un accord d’entreprise ou de branche.

En principe, les heures de délégation seront utilisées pour les missions suivantes :

  • La réception et l’analyse de plaintes ou de commentaires des salariés,
  • La préparation et l’analyse des documents en vue de la préparation des réunions de consultation-information du CSE,
  • La préparation et la mise en place des activités dans le cadre des activités sociales et culturelles,
  • La saisie des instances en charge du respect de l’application du Code du travail – (Exemple : Inspection du travail, médecine du travail).

 

 

 

Me Mélanie Le Corre

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail
MLC Avocat

Fascicule mis à jour le 19 octobre 2022.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Décret 18 juin 2024 relatif à la préparation opérationnelle à l’emploi individuelle

    Abonnés21 juin 2024

  • Journal Officiel21 juin 2024

    13 Arrêté du 13 juin 2024 modifiant l'arrêté du 25 novembre 2019 relatif aux modalités de demande ou de renouvellement d'agrément d'accords en faveur des travailleurs handicapés

  • Journal Officiel21 juin 2024

    14 Arrêté du 14 juin 2024 relatif à la liste électorale et aux opérations électorales pour la mesure en 2024 de l'audience syndicale dans les entreprises de moins de onze salariés

  • Journal Officiel21 juin 2024

    17 Arrêté du 19 juin 2024 fixant le montant brut de l'indemnité journalière de nourriture des marins

  • Faute inexcusable : définition

    Droit social20 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité