La contribution unique à la formation et à l’alternance

Modalités de la contribution de l’employeur au financement de la formation professionnelle

Tout employeur concourt au développement de la formation professionnelle continue en participant, chaque année, au financement d’actions de formation – (L.6131-1 du Code du travail).

Ce financement est assuré par :

  • le financement direct par l’employeur des actions de formation de ses salariés ;
  • le versement des contributions légales.

La loi no 2018-771 du 5 septembre 2018 dite « Avenir professionnel » a réformé le régime du financement de la formation et prévoit désormais le versement par l’employeur, au titre des contributions légales, des contributions suivantes :

  • la contribution unique à la formation professionnelle et à l’alternance (CUFPA), qui est constituée de la taxe d’apprentissage et de la contribution à la formation professionnelle (articles L. 6131-2, L. 6241-1, L. 6331-1 et L. 6331-3 du Code du travail) ;
  • la contribution supplémentaire à l’apprentissage – (L.6241-1 du Code du travail) ;
  • la contribution dédiée au financement du compte personnel de formation pour les titulaires de CDD – (L.6331-6 du Code du travail).

Détermination du montant de la CUFPA

La CUFPA est composée de :

  • la contribution à la formation professionnelle dont le taux est toujours fixé à 0,55 % de la masse salariale pour les entreprises de moins de 11 salariés et à 1 % pour celles de taille supérieure (sauf les taux particuliers qui s’appliqueront à certains secteurs) ;
  • la taxe d’apprentissage dont le taux est de 0,68 % de la masse salariale. Cette dernière se constitue de deux fractions : 87 % du produit de la taxe finance l’alternance et les 13 % restants seront dépensés directement par les entreprises sous forme d’attribution de matériel aux CFA et de versement à des établissements d’enseignement ou des associations pour développer les formations professionnalisantes. La liste limitative des établissements susceptible de bénéficier de ces dépenses libératoires est fixée par la loi – (L.6131-2 du Code du travail).

Les entreprises actuellement exonérées de taxe d’apprentissage, notamment les employeurs de moins de 11 salariés, ne sont pas concernées et les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle conservent leur régime spécifique.

Bon à savoir : Les Urssaf sont chargées de recouvrir la quasi-totalité des fonds versés par les entreprises au titre de la formation.

 

 

Me Alassane Sy

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail

Fascicule mis à jour le 23 mars 2022.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Décret 18 juin 2024 relatif à la préparation opérationnelle à l’emploi individuelle

    Abonnés21 juin 2024

  • Journal Officiel21 juin 2024

    13 Arrêté du 13 juin 2024 modifiant l'arrêté du 25 novembre 2019 relatif aux modalités de demande ou de renouvellement d'agrément d'accords en faveur des travailleurs handicapés

  • Journal Officiel21 juin 2024

    14 Arrêté du 14 juin 2024 relatif à la liste électorale et aux opérations électorales pour la mesure en 2024 de l'audience syndicale dans les entreprises de moins de onze salariés

  • Journal Officiel21 juin 2024

    17 Arrêté du 19 juin 2024 fixant le montant brut de l'indemnité journalière de nourriture des marins

  • Faute inexcusable : définition

    Droit social20 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité