Les apports du questions – réponses / instruction sur la PPV

Suite à la Loi du 16 août 2022 portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat, le dispositif de la Prime de Partage de Valeur (PPV) vient prendre la suite de la « Prime Macron ».

Tout récemment, une instruction du 10 octobre 2022, sous la forme de questions-réponses, a été mise en ligne sur le site du Boss (Bulletin Officiel de la Sécurité Sociale). Cette instruction vient apporter des précisions sur les conditions d’attribution et de versement de ladite prime, à savoir notamment :

La durée de l’accord ou de la décision unilatérale de mise en place

Un employeur peut mettre en place un accord collectif ou une décision unilatérale couvrant une période supérieure à un an ou un exercice.

 

Les modalités de consultation du CSE pour la mise en place de la prime par décision unilatérale

Il convient selon l’administration de se référer aux modalités de consultation de droit commun dans les entreprises d’au moins 50 salariés – (L.2312-14 du Code du travail et suivants). Des délais d’information préalable à la réunion devront ainsi être respectés.

Ce renvoi aux modalités dudit article interroge sur la question de savoir si les entreprises de moins de 50 salariés seraient ou non tenues de procéder à une telle consultation. Par prudence, il est préférable de considérer que toutes les entreprises disposant d’un CSE doivent procéder à la consultation.

 

Le régime social de la prime

L’administration vient confirmer que la PPV est assujettie à la taxe sur les salaires.

 

Les précisions quant au versement de la prime

L’administration vient apporter des précisions quant à la possibilité de procéder à un règlement en plusieurs fois de la PPV.

Les personnes éligibles à ladite prime sont des salariés liés par un contrat de travail à une date donnée. Cette date peut correspondre à la date de dépôt de l’accord, à la date de la signature de la décision unilatérale ou à la date de versement de la prime. L’administration vient donc préciser que lorsque c’est la date de versement de la prime qui est retenue et que son versement intervient en plusieurs fois, les conditions d’éligibilité devront être appréciées à la date du premier versement (et non à la date de chaque échéance).

S’agissant des salariés qui sont embauchés après la date retenue pour apprécier les conditions d’exigibilité, ils ne pourront donc bénéficier des versements effectués après leur arrivée.

S’agissant des salariés sortants qui n’ont pas encore perçu la totalité du versement leur prime, ils pourront prétendre au paiement du solde du. L’administration semble permettre le versement dudit solde dans le cadre du solde de tout compte.

 

L’inclusion de la prime dans le revenu fiscal de référence

L’administration confirme que la prime doit être intégrée dans le revenu fiscal de référence. Elle devra donc être déclarée à l’administration fiscale par l’employeur.

 

Les précisions sur la mise en œuvre de la condition relative à l’épargne salariale pour bénéficier d’un plafond réhaussé (6.000 €)

Le dispositif d’intéressement ou de participation volontaire doit produire ses effets au titre du même exercice que celui du versement de la PPV, et il doit avoir été conclu avant la date de versement de la PPV.

 

Me Mélanie Le Corre

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail
MLC Avocat

Fascicule mis à jour le 28 octobre 2022.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

  • Clause de non-concurrence / Contrepartie financière Cass.soc.22 mai 2024, n°22-17.036

    A la loupe07 juin 2024

  • Discrimination / Syndicat Cass.soc.22 mai 2024, n°22-24.053

    A la loupe07 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité