Apprentissage : rupture du contrat après 45 jours

A l’issue des 45 premiers jours du contrat d’apprentissage, le contrat peut être rompu via un écrit entre les parties.

 

L’employeur décide de la rupture du contrat d’apprentissage

A défaut d’accord, le contrat ne peut être rompu par l’employeur que si l’apprenti se fait exclure de son CFA et aussi pour :

  • cas de force majeure ;
  • de faute grave de l’apprenti ;
  • d’inaptitude constatée par le médecin du travail ;
  • en cas de décès d’un employeur maître d’apprentissage dans le cadre d’une entreprise unipersonnelle.

 

Bon à savoir : Contrairement à un salarié en CDI, en cas d’inaptitude, l’employeur n’est pas tenu à une obligation de reclassement – (L.6222-18 du Code du travail).

L’employeur qui souhaite licencier un apprenti au-delà de 45 jours devra respecter la procédure de licenciement de droit commun correspondante à la cause de rupture – ex : procédure disciplinaire s’il s’agit d’une faute grave ou procédure classique avec convocation et entretien préalable à la notification.

Si l’employeur qui voit son apprenti exclu de son CFA décide de ne pas le licencier, l’apprenti conserve la possibilité de s’inscrire dans un autre CFA.

Dans ce cas, l’inscription dans un autre CFA doit avoir lieu dans un délai de 2 mois à compter de son exclusion définitive.

Son maintien dans l’entreprise est subordonné à la conclusion :

  • soit d’un contrat de travail dans les conditions du droit commun,
  • soit d’un avenant mettant fin à la période d’apprentissage lorsque le contrat d’apprentissage est conclu pour une durée indéterminée.

 

Cas de la liquidation de l’entreprise

Lorsque l’entreprise qui embauche l’apprenti est liquidée, c’est le liquidateur qui notifie l’apprenti.

Bon à savoir : Si l’apprentissage cesse à cause de la liquidation, l’apprenti percevra une indemnité de dommages et intérêts d’un montant au moins égal aux rémunérations qu’il aurait perçues jusqu’au terme du contrat – (L.1243-4 du Code du travail).

Pour autant il ne percevra pas l’indemnité de précarité de 10% visée à l’article L.1243-8 du Code du travail.

Le salarié décide de la rupture du contrat d’apprentissage

Si c’est le salarié qui décide de mettre un terme à son contrat à l’issue du délai de 45 jours, notemment via une démission, l’employeur doit effectuer une demande de résiliation judiciaire du contrat auprès du Conseil de prud’hommes.

S’il ne s’agit pas de démission, l’apprenti devra saisir le médiateur dans le cadre de la procédure prévue à cet effet – (L.6222-18 du Code du travail).

 

Fascicule mis à jour le 12 janvier 2021.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    14 Arrêté du 11 juin 2024 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 établissant la liste des mentions et pièces justificatives permettant d'accéder aux versements pour la retraite

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité