Qui peut faire passer les entretiens professionnels?

Lors de son embauche, le salarié est informé qu’il doit bénéficier chaque 2 ans d’un entretien professionnel avec l’employeur concernant :

  • ses perspectives d’évolution professionnelle ;
  • la qualification et l’emploi ;
  • des informations relatives à la validation des acquis de l’expérience ;
  • le cas échéant à l’activation par le salarié de son compte personnel de formation ainsi que son éventuel abondement.

Bon à savoir : Cet entretien ne porte pas sur l’évaluation de son travail – (L.6315-1 du Code du travail).

Cet entretien est différent de celui qui se déroule tous les 6 ans afin de faire un récapitulatif du parcours du salarié.

Cet entretien concerne l’ensemble des salariés de l’entreprise indépendamment de leur type de contrat de travail ou de leur temps de travail – ex : contrat d’apprentissage et de professionnalisation etc.

A noter que cet entretien est également systématiquement proposé au salarié qui reprend son activité à l’issue d’un congé de maternité, d’un congé parental d’éducation, d’un congé de proche aidant, d’un congé d’adoption, d’un congé sabbatique, d’une période de mobilité volontaire sécurisée, d’un arrêt maladie longue durée et enfin à l’issue d’un mandat syndical.

L’entretien peut également avoir lieu avant la reprise du poste à la demande du salarié.

 

Qui fait passer l’entretien ?

La personne qui fait passer l’entretien est à la discrétion de l’employeur.

S’il est plus pertinent que ce dernier se déroule avec le responsable hiérarchique du salarié, le service des ressources humaines peut également être approprié pour conduire l’entretien.

Bon à savoir : Bien qu’il ne s’agisse pas d’une évaluation ni d’un interrogatoire, rien n’interdit formellement d’être 2 à cet entretien du côté de l’employeur.

Il sera alors toutefois nécessaire d’avertir le salarié de la méthode ainsi que des techniques de mise en œuvre conformément à l’obligation de l’employeur.

Par ailleurs, le contenu de cet entretien est confidentiel.

Organisation de l’entretien professionnel

L’entretien professionnel doit se dérouler au lieu de travail et pendant les horaires de travail des collaborateurs.

En toute logique, si l’entretien se déroule sur un autre lieu et/ou à une heure différente des horaires de travail effectif, l’employeur devra indemniser et rémunérer en conséquent le salarié.

Bon à savoir : Outre les dispositions du Code du travail, l’employeur peut programmer la périodicité et les modalités d’organisation des entretiens par accord collectif. De plus, l’accord de branche peut imposer d’autres modalités que celles prévues par législateur.

Contenu de l’entretien

A l’issu de l’entretien, doit être remis au salarié un document reprenant les éléments de l’entretien. C’est notamment à cette occasion qu’il est rappelé au salarié ses droits sur son CPF – (Compte Personnel de Formation), des modalités d’abondements éventuels ainsi que des dispositifs de VAE – (Validation des Acquis de l’Expérience).

 

Sanction en cas d’absence d’entretien

Dans une entreprise d’au moins 50 salariés, le salarié peut profiter d’un abondement de 3000 € s’il n’a pas bénéficié au cours des 6 dernières années précédant son entretien professionnel récapitulatif, ni les entretiens professionnels devant se dérouler tous les 2 ans, ni une action de formation non obligatoire – (L.6323-12 du Code du travail).

 

 

 

Fascicule mis à jour le 10 décembre 2020.

Tous droits réservés.

-

Maitre Data