Choc psychologique et accident du travail

Un choc psychologique, bien qu’invisible contrairement à une blessure, peut être reconnu comme accident du travail. Il doit être constaté par un médecin et suit alors les mêmes règles qu’un accident du travail entraînant des blessures physiques.

L’accident du travail est défini par l’article L.411-1 du Code de la sécurité sociale.

Est considéré comme accident du travail, quelle qu’en soit la cause, l’accident survenu par le fait ou à l’occasion du travail.

Bon à savoir : La Cour de cassation rappelle qu’un choc psychologique entraînant un malaise constaté par un médecin qui prescrit un traitement est considéré comme accident du travail – (  Cass.soc. 4 mai 2017, n°15-29.411).

La présomption d’imputabilité

La présomption d’imputabilité, qui présume que l’accident est imputable au travail, permet au salarié de constater son trouble. Le lien avec le lieu de travail ou l’activité en font un accident du travail.

C’est à l’employeur ou le cas échéant à la sécurité sociale de démontrer que l’accident n’est pas imputable au travail.

Pour un traumatisme psychologique qui peut être découvert hors du lieu de travail et du temps de travail, il convient d’appliquer le régime de droit commun dans le cadre de l’administration de la preuve.

Bon à savoir : La victime d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle dispose d’un délai de deux ans avant prescription – (L.431-2 du Code de la sécurité sociale).

L.431-2 du Code de la sécurité sociale

 

 

Fascicule mis à jour le 24 février 2021.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

  • Clause de non-concurrence / Contrepartie financière Cass.soc.22 mai 2024, n°22-17.036

    A la loupe07 juin 2024

  • Discrimination / Syndicat Cass.soc.22 mai 2024, n°22-24.053

    A la loupe07 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité