Contrat d’apprentissage aménagé : Présentation

L’objectif du contrat d’apprentissage aménagé est de faciliter la formation des jeunes travailleurs handicapés en adaptant certaines règles.

Pour bénéficier de ce dispositif, l’intéressé doit disposer de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé. Il doit en outre être âgé de 16 ans au minimum, sans limite d’âge maximum.

Le contrat d’apprentissage est formalisé entre les parties au moyen d’un formulaire CERFA qui est signé par l’apprenti et son employeur.

 

Le déroulement de la formation

Le principe de cette formation est d’allier à la fois des enseignements théoriques et des enseignements du métier auprès d’un employeur. Dans le cadre de cette formation, l’employeur désignera un maitre d’apprentissage pour accompagner l’apprenti. Celui-ci pourra être un salarié de l’entreprise ou le chef d’entreprise lui-même.

En principe, la formation peut se dérouler dans tout centre de formation d’apprentis (CFA).

Néanmoins, en cas de difficultés liées au handicap, des solutions peuvent être mises en place, telles que :

  • L’aménagement du temps de formation en tenant compte d’éventuelles prescriptions médicales,
  • L’organisation de la formation au sein d’un CFA adapté aux personnes handicapées.

Également, peuvent être mis en place d’autres aménagements sur autorisation du recteur d’académie pour certifications relevant du ministère de l’éducation nationale, ou du directeur régional de l’agriculture et de la forêt pour celles relevant du ministère de l’agriculture :

  • La mise en place du suivi de cours par correspondance,
  • Des aménagements pédagogiques, et ce après l’avis de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées – (R.6222-50 du Code du travail et R.6222-51 du Code du travail).

En outre, s’agissant de la durée de la formation, lorsque cela est nécessaire, celle-ci est augmentée d’un an par rapport à la durée normale d’apprentissage pour la formation visée – (R.6222-47 du Code du travail). Dans une telle hypothèse, la rémunération de l’apprenti est revue. En effet, le pourcentage du Smic pris en compte pour le calcul de la rémunération est majoré de 15 points, et ce pendant la période correspondant à la prolongation – (R.6222-48 du Code du travail).

 

La durée du contrat

La durée de ce type de contrat sera différente selon la formation souhaitée. En principe, la durée oscillera entre 6 mois et 3 ans. De cette manière, la durée maximale pourra être portée à 4 ans pour l’apprenti disposant de la qualité de travailleur handicapé – (R.6222-46 du Code du travail).

 

La rémunération

La rémunération de l’apprenti disposant de la qualité de travailleur handicapé est fixée en pourcentage du Smic. Ce pourcentage va varier en fonction de l’âge de l’apprenti et de sa progression dans le cycle de formation.

A compter du 1er août 2022, le montant du Smic mensuel s’élève à 1.678,95 € bruts. La rémunération de l’apprenti sera comprise entre 27% et 100% du Smic, en fonction de son âge et de son cycle de formation. A titre d’illustration, pour un apprenti ayant entre 18 et 20 ans, il sera rémunéré 51% du Smic, soit 856,26 € bruts en 2ème année de formation.

Des dispositions conventionnelles ou contractuelles peuvent prévoir une rémunération plus favorable pour l’apprenti.

 

La rupture du contrat

Au cours des 45 premiers jours en entreprise, le contrat d’apprentissage peut être rompu par l’employeur ou l’apprenti, sans qu’il ne soit nécessaire de justifier d’un quelconque motif.

 

 

Me Mélanie Le Corre

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail
MLC Avocat

Fascicule mis à jour le 2 décembre 2022.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Journal Officiel17 juin 2024

    13 Arrêté du 3 juin 2024 fixant les modèles de documents d'information prévus par l'article R. 1221-38 dans sa rédaction résultant de l'article 1er du décret n° 2023-1004 du 30 octobre 2023 portant transposition de la directive (UE) 2019/1152 du Parlement européen et du Conseil du 20 juin 2019 relative à des conditions de travail transparentes et prévisibles dans l'Union européenne

  • Journal Officiel17 juin 2024

    23 Arrêté du 14 juin 2024 fixant la liste des organisations professionnelles d'employeurs reconnues représentatives dans le périmètre utile à la négociation des entreprises au service de la création et de l'évènement

  • Lutte contre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations : un guide pour les CSE

    Ministère du travail17 juin 2024

    Dans le cadre du Plan de lutte contre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations liées à l'origine 2023-2026, le ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités a réalisé, avec différents partenaires (partenaires sociaux, Défenseur des droits, etc.), un guide de sensibilisation des membres des comités sociaux et économiques d'entreprises (CSE) à la prévention et à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations liées à l'origine. - L'actualité du ministère

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Congé / Formation / Elu Cass. soc.12 juin 2024, n°22-18.302

    A la loupe14 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité