Le déroulement des réunions du CSE en pratique

Les réunions du CSE se déroulent en présence de l’ensemble des membres titulaires de la délégation (comprenant le bureau et les autres fonctions au sein du CSE – ex : référent harcèlement sexuel), le représentant syndical le cas échéant et toujours l’employeur ou son représentant.

Les suppléants ne participent aux réunions du CSE qu’en l’absence des titulaires. Cependant, si l’accord prévoit la présence des titulaires, ou encore si l’employeur y consent, leurs avis, ainsi que leurs remarques devront être pris en compte.

Spécificités lors des réunions

A partir de 50 salariés, le CSE permet à ses participants de faire émerger leurs vœux, leur opinons et points de vue – (Article L.2312-15 du Code du travail).

Bon à savoir : Les entreprises avec un effectif inférieur à 50 salariés ne sont pas dotées des mêmes spécificités. Pour autant on considérera volontiers qu’y compris dans les sociétés de plus petite taille les membres du CSE doivent également avoir l’opportunité d’exprimer leurs souhaits.

Le recourt à l’enregistrement ou à la sténographie

A partir de 50 salariés dans l’entreprise, l’employeur ou encore la délégation du personnel du CSE peuvent décider de recourir à la sténographie ou encore à l’enregistrement des délibérations (Article D.2315-27 et L.2315-34 du Code du travail).

L’employeur ne peut s’opposer à cette pratique. La seule exception autorisée et la nécessité du respect de la confidentialité des informations évoquées. Le sténographe peut être extérieur à l’entreprise mais doit respecter cette même règle de confidentialité (Article D.2315-27 du Code du travail).

Bon à savoir : Les prestataires extérieurs sont le plus souvent contraints à une clause de confidentialité et de discrétion dans leurs relations contractuelles avec les CSE.

Le recourt à la visioconférence

Le recourt à la visioconférence lors des réunions du CSE est également tout à fait envisageable dans la mesure ou un accord a été signé au préalable, entre les membres de la délégation du personnel élu, et l’employeur. En l’absence d’accord, ce recourt est limité à trois réunions par an. (Article L.2315-4 du Code du travail).

Dans cette situation, le vote se fait sous les mêmes conditions que celles du comité d’entreprise (Article D.2315-1 et suivants du Code du travail).

Lorsque le comité social et économique est réuni en visioconférence, le dispositif technique mis en œuvre garantit l’identification des membres du comité et leur participation effective, en assurant la retransmission continue et simultanée du son et de l’image des délibérations.

 

Fascicule mis à jour le 11 mars 2019.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    14 Arrêté du 11 juin 2024 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 établissant la liste des mentions et pièces justificatives permettant d'accéder aux versements pour la retraite

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité