Le travail saisonnier : présentation

Il s’agit d’un travail qui a vocation à être effectué en fonction d’une périodicité de l’année. La périodicité est l’élément déterminant du caractère saisonnier. La périodicité ne peut varier que faiblement, cette dernière reste néanmoins déterminante dans le caractère saisonnier de la tâche à accomplir.

 

La définition juridique du contrat saisonnier

Le contrat saisonnier est présenté à l’article L.1242-2 du Code du travail présentant les différents cas de recours aux CDD.

Ainsi, il s’agit d’un contrat dont les tâches sont appelées à se répéter chaque année selon une périodicité à peu près fixe, en fonction du rythme des saisons ou des modes de vie collectifs ou emplois pour lesquels, dans certains secteurs d’activité définis par décret ou par convention ou accord collectif de travail étendu, il est d’usage constant de ne pas recourir au contrat de travail à durée indéterminée en raison de la nature de l’activité exercée et du caractère par nature temporaire de ces emplois.

Bon à savoir : Lorsque la durée du contrat de travail est inférieure à un mois, un seul bulletin de paie est émis par l’employeur.

A noter que le contrat saisonnier doit être différencié des contrats d’usage et des contrats d’extra qui bénéficient de leur propre régime juridique.

De la même manière, le CDD à caractère saisonnier doit être distingué du CDD pour accroissement temporaire d’activité. Ainsi, une activité qui serait plus importante durant une période, que le reste de l’année n’est pas suffisante pour caractériser un emploi saisonnier – (  Cass. soc. 5 décembre 2007 n°06-41 313).

 

L’intérêt du contrat saisonnier

La principale particularité du contrat saisonnier réside dans l’absence en principe du paiement de l’indemnité de précarité, également appelé indemnité de fin de contrat. Sauf disposition spécifique au sein d’une convention ou d’un accord collectif.

Cette indemnité peut s’avérer relativement élevée dans la mesure où elle est ne peut (le montant) pas être inférieur à 10 % de la rémunération totale brute perçue durant l’exécution du contrat. Toutefois, un taux limité à 6 % peut s’appliquer si une convention ou un accord collectif de branche étendu applicable à l’entreprise ou une convention ou un accord d’entreprise ou d’établissement le prévoit, dès lors que des contreparties telles qu’un accès privilégié à la formation professionnelle des salariés en CDD (actions de développement des compétences, bilan de compétences à suivre en dehors du temps de travail…) sont prévues ; une proposition individuelle d’accès à la formation doit avoir été effectivement faite au salarié, par l’employeur.

 

La reconduction des contrats saisonniers

A noter que le contrat de travail peut comporter une clause prévoyant sa reconduction d’une saison à l’autre. Le CDD saisonnier peut également être conclu avec ou sans un terme fixe. Pour autant, le contrat ne peut être conclu pour une durée supérieur à 8 mois – autrement, il n’y aurait pas de caractère saisonnier.

L’employeur peut donc contacter des CDD successifs avec un même salarié d’une année à sur l’autre, sans pour autant qu’il ne s’agisse d’un CDI. Cela est possible autant de fois que l’employeur et le salarié sont consentants à la relation de travail.

Bon à savoir : Afin d’éviter la requalification du contrat en CDI : la rédaction de la clause ne doit pas avoir pour effet d’imposer la reconduction automatique. Elle doit simplement prévoir une priorité d’emploi en faveur du salarié.

 

 

Fascicule mis à jour le 18 juillet 2022.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    14 Arrêté du 11 juin 2024 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 établissant la liste des mentions et pièces justificatives permettant d'accéder aux versements pour la retraite

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité