Traitement Social et Fiscal des Titres-Restaurants

Le titre-restaurant est un titre spécial de paiement qui permet aux salariés d’acquitter en tout ou en partie le prix du repas consommé au restaurant ou acheté auprès d’une personne ou d’un organisme (L.3262-1 Code du travail).

Les titres-restaurants existant sous format papier ou dématérialisé sont partiellement financés par l’employeur.

Outre la participation de l’employeur au financement de l’acquisition des titres-restaurants, une part salariale est déduite du financement.

Le comité social et économique peut notamment contribuer au financement des titres-restaurants.

A noter que la participation de l’employeur est exonérée d’impôt et de cotisations sociales dans certaines conditions.

 

Les limites du régime d’exonération des titres-restaurants

La participation patronale soumise au régime d’exonération dépend du niveau de barème de l’impôt sur le revenu.

Sous réserve de la réglementation, l’exonération de la participation patronale au financement de l’acquisition des titres-restaurants est subordonnée à une double condition :

  • la contribution patronale doit être comprise entre 50% et 60% de la valeur du titre ;
  • la limite de l’exonération qui était de 5,43 euros en 2018 est passée à 5,52 euros par titre en 2019.

Conséquences de la contribution patronale excédentaire

Lorsque la participation est inférieure à 50% ou supérieure à 60% tout en étant supérieure à 5,52 euros, le dépassement de la participation patronale entraîne une fraction excédentaire considérée comme un avantage en nature qui demeure imposable pour le salarié.

La participation du CSE au financement de l’acquisition des titres-restaurants

Lorsque le CSE et l’employeur participent au financement de l’acquisition des titres-restaurants, la masse des participations est tenue en compte pour fixer la limite de l’exonération.

Les conditions spécifiques liées à l’attribution et à l’utilisation des titres restaurants

L’attribution et l’utilisation des titres-restaurants émis par l’employeur, par l’intermédiaire du CSE ou par l’entremise d’une entreprise spécialisée sont réglementés.

L’attribution des titres-restaurants doit respecter le principe d’égalité de traitement des salariés.

L’utilisation des titres-restaurants est exclusivement réservée aux salariés dans la limite d’un ticket par repas compris dans l’horaire journalier de travail. L’usage des titres-restaurants est limité à un montant maximum de 19 euros par jour.

Les titres-restaurants doivent être utilisés pendant les jours ouvrables. Par conséquent, l’usage de ces titres le dimanche et pendant les jours fériés est prohibé.

Les titres-restaurants peuvent être utilisés dans le département du lieu de travail et dans les départements limitrophes.

Ils sont valables pendant l’année civile de leur émission et jusqu’à la fin du mois de février de l’année suivante.

Le salarié dont le contrat a été rompu est tenu de rendre à l’employeur les titres-restaurants en sa possession. Dès lors, il bénéficie d’un remboursement de sa contribution à l’achat du titre.

Bon à savoir : les titres restaurants attribués aux stagiaires non rémunérés sont exonérés de cotisations sociales.

 

Fascicule mis à jour le 9 octobre 2019.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

  • Clause de non-concurrence / Contrepartie financière Cass.soc.22 mai 2024, n°22-17.036

    A la loupe07 juin 2024

  • Discrimination / Syndicat Cass.soc.22 mai 2024, n°22-24.053

    A la loupe07 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité