Un employeur peut-il avoir des exigences vestimentaires ?

Il est possible pour l’employeur d’imposer une tenue vestimentaire particulière au travail sous réserve de respecter certaines conditions.

Le port d’une tenue vestimentaire peut être exigé lorsque l’employeur justifie son exigence par la nature de la tâche à accomplir, cela doit être proportionné au but recherché conformément à l’article L.1321-3 2° du Code du travail.

A titre d’exemple le port de vêtements de travail peut être exigé par l’employeur pour des raisons :

  • d’hygiène, cela est notamment le cas dans le domaine de l’agroalimentaire, restauration (gants, charlottes, tablier…) ;
  • de sécurité l’employeur peut exiger que ses salariés s’équipent de chaussures de sécurité, casque de chantier cela est applicable dans les métiers du BTP ;
  • image de marque lorsque le personnel est au contact avec la clientèle, l’employeur peut exiger que le personnel exerce son activité avec une tenue adéquate – (costume par exemple).

Dans la mesure du possible, l’employeur met à disposition les équipements de protection individuelle appropriés et lorsque le caractère particulièrement insalubre ou salissant des travaux le recommande, les vêtements de travail appropriés – (R.4321-4 du Code du travail).

Les vêtements de travail fournis par l’employeur sont gratuits, cela s’applique notamment dans les établissements de restauration rapide.

 

En dehors des cas cités précédemment les salariés sont-ils libres de s’habiller comme ils le désirent ?

En principe le personnel peut s’habiller comme il le souhaite sous réserve de porter des vêtements conformes aux règles de sécurité.

Il est possible pour l’employeur d’interdire le port d’un signe religieux à un salarié sur le principe de laïcité dès lors que l’entreprise effectue des tâches ayant un lien avec le service public – (Cass. Soc 19 mars 2013 n°12-11.960).

Dans certains domaines, le salarié n’a pas le choix de se vêtir d’une manière adéquate. En effet celui-ci doit adopter une tenue propre et décente. A titre d’exemple, un agent immobilier ne peut se vêtir en survêtement lors de son activité car celui-ci est en contact avec la clientèle.

Bon à savoir : Lorsque la température excède les 35°C, l’employeur peut interdire les vêtements transparents, les shorts trop courts, mini-jupes… cette interdiction répond à l’exigence d’une tenue propre et décente.

L’employeur est tenu d’assurer le paiement de l’entretien de la tenue de travail

Dès lors qu’une tenue de travail est exigée par l’employeur, celui-ci est tenu de prendre en charge l’entretien des vêtements de travail.

La prise en charge des vêtements de travail par l’employeur peut s’exercer par :

  • le remboursement des frais engagés par le salarié relatifs au vêtement de travail ;
  • une prime forfaitaire de nettoyage.

Le salarié dispose d’un temps nécessaire aux opérations d’habillage et de déshabillage dès lors que le port d’une tenue vestimentaire au travail est imposé – (L.3121-3 du Code du travail).

A noter : Le port d’une tenue vestimentaire est prévu par des dispositions légales, conventionnelles.

 

Fascicule mis à jour le 14 juin 2019.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

  • Clause de non-concurrence / Contrepartie financière Cass.soc.22 mai 2024, n°22-17.036

    A la loupe07 juin 2024

  • Discrimination / Syndicat Cass.soc.22 mai 2024, n°22-24.053

    A la loupe07 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité