Apports du décret n°2023-1275 du 27 décembre 2023 sur la validation des acquis de l’expérience

La définition de la validation des acquis de l’expérience

La validation des acquis de l’expérience, appelée VAE, permet à une personne engagée dans la vie active d’obtenir une certification professionnelle par le biais de la validation de son expérience acquise dans le cadre de son activité professionnelle ou extra-professionnelle.

Naturellement, l’intéressé doit être en mesure de justifier que l’activité exercée est en rapport avec le contenu de la certification qui est visée – (L.6411-1 du Code du travail).

 

L’objectif du décret et son entrée en vigueur

L’objectif du décret du 27 décembre 2013 relatif à la validation des acquis de l’expérience est la simplification des procédures, ainsi que la réduction du délai entre le dépôt du dossier de VAE et le passage devant le jury qui évalue la demande. En pratique, le délai d’attente est actuellement de plus d’un an, et l’objectif est de le réduire à une durée comprise entre 6 et 8 mois.

Le but dudit décret est également de sécuriser les parcours en proposant au candidat un accompagnement personnalisé par un « architecte-accompagnateur » de parcours, et ce dès son inscription sur le portail internet dédié et tout au long de la démarche.

Les dispositions de ce décret s’appliquent aux personnes qui amorcent un parcours de VAE à compter du 1er janvier 2024.

 

Le déroulé du parcours de VAE et les principaux changements issus du décret

La personne qui souhaite initier un parcours de VAE doit s’inscrire sur le portail « France VAE », et ce en sélectionnant la certification professionnelle ou le bloc de compétences visées.

Ce même portail met à la disposition des personnes intéressées un certain nombre d’informations sur le dispositif de VAE, et sur l’accomplissement des diverses démarches afférentes audit parcours. Ce portail va être mis en place progressivement pendant l’année 2024. Comme indiqué sur le portail, d’ici avril 2024, le service public de la VAE sera progressivement accessible à tous avec l’ajout de nouvelles certifications. En janvier 2025, en principe, la plateforme devrait être ouverte à l’ensemble des certifications du RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles), en fonction des besoins exprimés.

Un service public de la VAE est donc créé. Sa mission sera d’orienter et accompagner toute personne qui sollicite une VAE et qui est en mesure de justifier de l’exercice d’une activité en rapport direct avec le contenu de la certification visée.

Dans le cadre de son parcours de VAE, l’intéressé va bénéficier d’un accompagnement, ainsi que d’actions de formation ou des périodes de mise en situation en milieu professionnel.

En pratique, l’intéressé va bénéficier d’une durée de congé de VAE qui est doublée. En effet, suite au récent décret de décembre 2023, cette durée passe de 24 heures à 48 heures par session de validation – (L.6422-1 du Code du travail et L.6422-2 du Code du travail).

Cette augmentation de durée va permettre à l’intéressé de bénéficier d’un temps supplémentaire pour préparer son passage devant le jury.

En parallèle, le délai de prévenance imposé au salarié en la matière est lui réduit. L’intéressé doit désormais transmettre à son employeur sa demande d’autorisation d’absence au plus tard 30 jours avant le début des actions de VAE, contre 60 jours auparavant.

Les heures correspondant à des actions de VAE qui se déroulent pendant le temps de travail sont assimilées à un temps de travail effectif, de sorte qu’elles donnent lieu à un maintien de rémunération (L.6422-3 du Code du travail).

 

 

Me Mélanie Le Corre

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail
MLC Avocat

Fascicule mis à jour le 16 janvier 2024.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Journal Officiel17 juin 2024

    13 Arrêté du 3 juin 2024 fixant les modèles de documents d'information prévus par l'article R. 1221-38 dans sa rédaction résultant de l'article 1er du décret n° 2023-1004 du 30 octobre 2023 portant transposition de la directive (UE) 2019/1152 du Parlement européen et du Conseil du 20 juin 2019 relative à des conditions de travail transparentes et prévisibles dans l'Union européenne

  • Journal Officiel17 juin 2024

    23 Arrêté du 14 juin 2024 fixant la liste des organisations professionnelles d'employeurs reconnues représentatives dans le périmètre utile à la négociation des entreprises au service de la création et de l'évènement

  • Lutte contre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations : un guide pour les CSE

    Ministère du travail17 juin 2024

    Dans le cadre du Plan de lutte contre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations liées à l'origine 2023-2026, le ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités a réalisé, avec différents partenaires (partenaires sociaux, Défenseur des droits, etc.), un guide de sensibilisation des membres des comités sociaux et économiques d'entreprises (CSE) à la prévention et à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations liées à l'origine. - L'actualité du ministère

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Congé / Formation / Elu Cass. soc.12 juin 2024, n°22-18.302

    A la loupe14 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité