Création ou Reprise d’Entreprise: L’ACCRE

Les demandeurs d’emploi créant ou reprenant une entreprise bénéficient d’une exonération de cotisations et de mesures d’accompagnement conformément à l’article L.5141-5 du Code du travail.

On distingue:

  • L’aide à la reprise ou à la création d’une entreprise – (ARCE) ;
  • L’aide aux créateurs ou repreneurs d’entreprises – (ACRE anciennement ACCRE).

Bon à savoir: L’une (ACRE) consiste en une exonération partielle de charges sociales en vue d’accompagner le bénéficiaire pendant les premières années d’activités tandis que l’autre consiste à recevoir ses allocations chômages sous la forme de capital – (ARCE).

 

L’ACRE : Aide aux créateurs ou repreneurs d’entreprises

L’aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’une entreprise (anciennement ACCRE) prend la forme d’une exonération temporaire de cotisations sociales ouverte à tous les créateurs ou repreneurs d’entreprises.

Les personnes pouvant bénéficier de l’ACRE conformément à l’article L.5141-1 du Code du travail sont:

  • les demandeurs d’emploi indemnisés ;
  • les personnes remplissant des conditions pour percevoir l’allocation d’assurance chômage ou l »allocation de sécurisation professionnelle ;
  • les bénéficiaires de l’allocation de solidarité spécifique ou du revenu de solidarité active (RSA) ou leur conjoint ou concubin ;
  • les demandeurs d’emploi non indemnisés inscrits à Pôle emploi depuis plus de six mois au cours des dix-huit derniers mois ne remplissant aucune des conditions visées ci-dessus ;
  • les personnes âgées de 18 à moins de 26 ans et les personnes de moins de 30 ans reconnues handicapées ou qui ne remplissent pas la condition d’activité antérieure pour bénéficier d’allocations chômage ;
  • les personnes salariées ou licenciées d’une entreprise en procédure de sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire, qui reprennent tout ou partie d’une entreprise ;
  • les personnes ayant conclu un contrat d’appui au projet d’entreprise, si elles remplissent l’une des conditions ci-dessus à la date de conclusion dudit contrat ;
  • les personnes physiques créant ou reprenant une entreprise dans un quartier prioritaire de la politique de la ville ;
  • les bénéficiaires du complément de libre choix d’activité ;
  • les personnes de 50 ans et plus inscrites sur la liste des demandeurs d’emploi.

Bon à savoir: Pour bénéficier de l’ACRE, les créateurs ou repreneurs d’une entreprise, exploitée à titre individuelle ou sous la forme d’une société doivent en exercer le contrôle effectif conformément à l’article R.5141-2 du Code du travail.

La condition de contrôle effectif suppose l’absence de subordination de l’entreprise vis-à-vis d’un tiers.

Sont considérée comme exerçant effectivement le contrôle :

  • La personne qui détient personnellement ou avec son époux/se, son partenaire de Pacs, son concubin(e) ou ses ascendants et descendants, plus de 50 % du capital, sans que sa part personnelle puisse être inférieure à 35% de celui-ci  ;
  • Le dirigeant de la société qui détient personnellement ou avec son époux/se, son partenaire de Pacs, sa concubin(e) ou ses ascendants et descendants, au moins 1/3 du capital, dont au moins 25 % à titre personnel, sous réserve qu’un autre actionnaire n’ait pas plus de 50 % du capital ;
  • Les demandeurs qui détiennent ensemble plus de 50 % du capital, à condition qu’un ou plusieurs d’entre eux soient dirigeant et que chaque demandeur ait une part de capital égale au moins à 1/10e de la part du principal actionnaire.

Cette condition relative au contrôle doit être remplie pendant au moins deux ans à compter de la création ou de la reprise de l’entreprise.

À retenir: Ne peuvent bénéficier de cette aide, les projets de créations d’activité associative, ou encore de création d’un groupement d’intérêt économique ou d’un groupement d’employeurs – (Circulaire DGEFP/DSS no 2007-27 du 30 novembre 2007 relative à la gestion de l’aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise (ACCRE) par l’URSSAF à compter du 1er décembre 2007).

Les chômeurs créateurs ou repreneurs d’une entreprise dont la demande a été acceptée bénéficient pendant douze mois, d’une exonération de cotisations sociales sans qu’il en résulte une perte de droits aux prestations.

L’exonération peut être de 3 ans pour une micro-entreprise conformément à l’article L.131-6-4 du Code de la sécurité sociale.

 

Bon à savoir : Cette exonération porte sur les cotisations d’assurances sociales (maladie, maternité, vieillesse, invalidité, décès) et d’allocation familiale dues aux régimes auxquels ils sont affiliés au titre de leurs nouvelles activités conformément à l’article L.161-1-1 du Code de la sécurité sociale.

A contrario, les contributions relatives à la CSG-CRDS, au risque d’accident du travail, à la retraite complémentaire, au Fonds national d’aide au logement (Fnal), à la formation professionnelle continue et au versement transport ne sont pas exonérées.

À noter :L’exonération est totale lorsque les revenus ou les rémunérations des bénéficiaires sont inférieurs à 30 393 € en 2019. Cependant, lorsque les revenus sont compris entre 30 393 € et 40 524 € en 2019, l’exonération devient dégressive.

 

Fascicule mis à jour le 17 juillet 2019.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité