Interdictions et possibilités de licencier pendant un accident de travail ou une maladie professionnelle

Un principe d’interdiction du licenciement

En principe, lorsqu’un salarié est en arrêt de travail à la suite d’un accident du travail, son contrat de travail est suspendu pour la durée de cet arrêt – (L.1226-7 du Code du travail).

Ainsi, pendant cette période d’arrêt de travail, le salarié bénéficie d’une protection dans la mesure où il ne peut en principe être licencié.

 

Deux exceptions à ce principe

Néanmoins, il existe deux exceptions à ce principe – (L.1226-9 du Code du travail), à savoir :

 

La faute grave du salarié,

Il s’agira donc d’une faute grave commise avant l’accident, et dont l’employeur a eu connaissance pendant la période de l’arrêt de travail. Également, cette faute pourra aussi être commise pendant la période de l’arrêt de travail.

Dans ces hypothèses, il sera donc possible pour l’employeur de licencier le salarié pour faute grave pendant la période d’arrêt de travail, et ce même si la procédure de licenciement avait été engagée avant l’arrêt de travail provoqué par l’accident – (  Cass. Soc., 10 mai 1995, n°91-45527).

Par ailleurs, lorsque c’est la faute grave commise par le salarié qui est à l’origine de l’accident du travail, alors elle peut justifier le licenciement du salarié au cours de son arrêt de travail – (  Cass. Soc.,12 octobre 2011, n°10-18683).

En tout état de cause, dans le cadre d’un licenciement pour faute grave pendant un arrêt de travail, la procédure de licenciement disciplinaire devra être respectée de sorte que cette dernière devra être engagée dans le délai de 2 mois à compter du jour où l’employeur a eu connaissance du ou des fait(s) fautif(s) – (L.1332-4 du Code du travail).

Ledit licenciement devra donner lieu à un entretien préalable, et intervenir dans le délai d’un mois à compter de la date de cet entretien. A défaut, celui-ci sera entaché de nullité. Quant à la lettre de licenciement, elle devra mentionner de manière expresse qu’il s’agit d’un licenciement pour faute grave.

 

L’impossibilité pour l’employeur de maintenir le contrat de travail pour un motif étranger à l’accident du travail.

Dans ce cas, l’employeur devra donc justifier son licenciement par des circonstances indépendantes du comportement du salarié – (  Cass. Soc., 13 décembre 1989, n°87-42850).

Pour illustration, un licenciement pour ce motif pourra être prononcé en cas de cessation d’activité de l’employeur – (  Cass. Soc., 15 mars 2005, n°03-43038). En revanche, un licenciement prononcé en raison d’une insuffisance professionnelle du salarié ne pourra pas être valable – (  Cass. Soc., 15 mars 2005, n°03-43038).

En tous les cas, si l’employeur venait à prononcer le licenciement d’un de ses salariés pendant une période d’arrêt de travail pour accident du travail, et ce en dehors des cas autorisés, il s’expose à une nullité du licenciement entrepris avec toutes les conséquences que cela implique.

 

 

Me Mélanie Le Corre

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail
MLC Avocat

Fascicule mis à jour le 24 mai 2022.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Décret 18 juin 2024 relatif à la préparation opérationnelle à l’emploi individuelle

    Abonnés21 juin 2024

  • Journal Officiel21 juin 2024

    13 Arrêté du 13 juin 2024 modifiant l'arrêté du 25 novembre 2019 relatif aux modalités de demande ou de renouvellement d'agrément d'accords en faveur des travailleurs handicapés

  • Journal Officiel21 juin 2024

    14 Arrêté du 14 juin 2024 relatif à la liste électorale et aux opérations électorales pour la mesure en 2024 de l'audience syndicale dans les entreprises de moins de onze salariés

  • Journal Officiel21 juin 2024

    17 Arrêté du 19 juin 2024 fixant le montant brut de l'indemnité journalière de nourriture des marins

  • Faute inexcusable : définition

    Droit social20 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité