Comment mettre à jour son Règlement Intérieur

La mise en place d’un règlement intérieur est obligatoire dans les entreprises qui comptent 50 salariés et plus.

Ce document, qui est rédigé par l’employeur, va fixer les obligations applicables au sein de l’entreprise en matière de santé, de sécurité et de discipline.

 

Les clauses à prévoir dans le règlement intérieur

Le contenu du règlement intérieur est prévu par les dispositions du Code du travail aux articles L.1321-1 du Code du travail et suivants.

Celui-ci devra ainsi contenir les dispositions suivantes :

  • Les mesures d’application de la réglementation sur les sujets ayant trait à la santé et la sécurité dans l’entreprise (c’est le cas par exemple de l’interdiction de fumer dans les locaux),
  • La participation des salariés au rétablissement de conditions de travail protectrices de la santé et de la sécurité des salariés de l’entreprise,
  • Les dispositions applicables en matière de respect des procédures disciplinaires pour le salarié dans le cas où l’employeur envisage une sanction,
  • Les règles applicables en matière de discipline, ainsi que la nature et l’échelle des sanctions que l’employeur peut prendre vis-à-vis d’un salarié,
  • Les règles s’agissant des droits de la défense des salariés,
  • Les dispositions qui concernent l’interdiction, la prévention et la répression du harcèlement moral et sexuel, les agissements sexistes.

Le règlement intérieur va également venir préciser sa date d’entrée en vigueur.

La mise à jour du règlement intérieur

Suite à la Loi santé du 2 août 2021, le règlement intérieur doit être mis à jour sur un certain nombre de points importants.

D’une part, comme précédemment mentionné, le règlement intérieur doit contenir les dispositions du Code du travail relatives aux harcèlements moral et sexuel, ainsi que les agissements sexistes – (L.1321-2 du Code du travail).

Depuis le 31 mars 2022, la définition du harcèlement sexuel, telle que prévue par l’article L.1153-1 du Code du travail, a été modifiée par la Loi santé. En effet, cette nouvelle définition est venue ajouter les propos ou comportements à connotation sexiste. Dans ces conditions, le règlement intérieur doit être mis à jour afin de prendre en compte cette modification.

D’autre part, le règlement intérieur devra également rappeler l’existence du dispositif de protection des lanceurs d’alerte, et ce au plus tard le 1er septembre 2022.

Ces mises à jour doivent être anticipées, et ce d’autant plus que la modification du règlement intérieur nécessite la consultation du CSE. A défaut de consultation du CSE pour la mise à jour du règlement intérieur, alors son contenu ne serait pas opposable aux salariés.

Le règlement intérieur devra également être communiqué à l’inspection du travail – (R.1321-4 du Code du travail) et déposé au Greffe du Conseil de Prud’hommes – (L.1321-2 du Code du travail).

Enfin, il doit être porté à la connaissance des personnes ayant accès aux lieux de travail ou aux locaux où se fait l’embauche, et ce par tout moyen – (R.1321-1 du Code du travail).

 

 

Me Mélanie Le Corre

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail
MLC Avocat

Fascicule mis à jour le 27 mai 2022.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accédez à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité