Le déroulement des réunions dans les entreprises de plus de 50 salariés

Le déroulement des débats

Le Président du CSE va organiser les débats lors de la réunion. Il sera ainsi de son ressort d’énoncer l’ordre du jour et ce dans l’ordre de présentation retenu.

Chaque sujet inscrit à l’ordre du jour devra être traité et la réunion ne pourra être levée qu’une fois l’ordre du jour épuisé.

Les règles sont strictes à ce sujet, de sorte que si par exemple l’employeur tente d’imposer un débat sur une question qui n’est pas inscrite à l’ordre du jour, alors il commet un délit d’entrave – (  Cass. Crim., 5 février 2002, n°01-83.275).

 

Le déroulement des votes

Le CSE, dans le cadre de ses réunions, va régulièrement être amené à voter sur ses attributions sociales et culturelles ou sur les avis à donner s’agissant de ses attributions économiques, professionnelles, ainsi qu’en matière de santé, sécurité et conditions de travail.

Il sera également amené à voter en cas de licenciement d’un salarié protégé.

Pour rappel, seuls les membres titulaires pourront participer aux votes. Les suppléants ne participeront aux votes que lorsqu’ils remplacent un titulaire.

L’article L.2315-32 du Code du travail prévoit que les résolutions du CSE doivent être prises à la majorité des membres présents.

En revanche, il y a des cas où le Président du CSE ne participe pas au vote. C’est le cas notamment :

  • quand il consulte les membres élus en tant que délégation du personnel,
  • pour un projet de licenciement d’un représentant du personnel,
  • pour le choix d’un expert-comptable pour assister le CSE ou un expert rémunéré sur le budget de fonctionnement.

S’agissant des modalités de vote, le Code électoral prévoit que tout scrutin est en principe secret – (  Art.L 59 du Code électoral). Par conséquent, dès lors qu’il s’agira d’élire le Secrétaire ou le Trésorier du CSE par exemple, alors le vote se fera par bulletin secret. Le règlement intérieur du CSE pourra venir compléter les modalités de vote.

De même, le vote sera secret en cas de consultation pour le licenciement d’un salarié protégé.

 

La possibilité d’une réunion par visioconférence

Selon l’article L.2315-4 du Code du travail, le recours à la visioconférence pour la tenue d’une réunion du CSE est possible en cas d’accord entre l’employeur et les membres de la délégation du personnel du Comité.

A défaut d’accord, le recours à la visioconférence est limité à 3 réunions par année civile.

Un décret détermine les conditions dans lesquelles le CSE va pouvoir, dans le cadre d’une visioconférence, procéder à un vote à bulletin secret – (D.2315-1 du Code du travail).

 

L’obligation de confidentialité des membres du CSE

Selon l’article L.2315-3 du Code du travail, les membres du CSE sont tenus par une obligation de discrétion à l’égard des informations revêtant un caractère confidentiel et présentées comme telles par l’employeur.

 

L’établissement d’un procès-verbal

L’article D.2315-26 du Code du travail prévoit que le Secrétaire du CSE va se charger d’établir un procès-verbal qui reprendra à minima le résumé des délibérations du CSE, ainsi que la décision motivée de l’employeur sur les propositions faites lors de la précédente réunion.

 

 

Me Mélanie Le Corre

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail
MLC Avocat

Fascicule mis à jour le 27 avril 2022.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

 

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    14 Arrêté du 11 juin 2024 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 établissant la liste des mentions et pièces justificatives permettant d'accéder aux versements pour la retraite

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité