Quel contrôle peut avoir le Juge lors de la contestation d’une sanction ?

Un salarié peut remettre en cause la légitimité d’une sanction qui lui a été attribué par son employeur. A noter que pour effectuer une contestation en justice, l’action du salarié ne doit pas être prescrite.

Ainsi, l’article L.1471-1 du Code du travail prévoit que se prescrit par deux (2) ans à compter du jour où celui qui l’exerce a connu ou aurait du connaître les faits lui permettant d’exercer son droit, toute action portant sur l’exécution ou la rupture du contrat de travail.

 

Quelle est l’étendue du contrôle ?

En cas de contestation, le Juge s’attachera à vérifier deux choses :

  • vérifier si la procédure disciplinaire a été respectée (Exemple : prescription…),
  • vérifier si la sanction prononcée est à la hauteur des faits reprochés (proportionnalité : le Juge vérifie que la sanction n’est pas trop sévère compte tenu des faits reprochés.)

S’il ne s’agit pas d’un licenciement ou de manière plus générale d’une rupture des relations de travail, le Juge a tout pouvoir pour annuler le prononcer d’une sanction si cette dernière s’avère disproportionnée ou encore si la procédure prévue n’a pas été respectée.

En effet, l’article L.1333-2 du Code du travail dispose que «  Le conseil de prud’hommes peut annuler une sanction irrégulière en la forme ou injustifiée ou disproportionnée à la faute commise.»

Quelles sont les limites du contrôle ?

Le Juge ne peut pas annuler une sanction, quand bien même il estimerait que la sanction est trop clémente. Par ailleurs, si le Juge peut annuler une sanction conformément à l’article L.1333-2 du Code du travail, il ne peut pas modifier la sanction et en prendre un autre.

Enfin, le Juge ne peut pas annuler un licenciement disciplinaire.

Si le Juge peut se contenter d’octroyer des dommages et intérêts si la procédure n’a pas été respectée, il est toutefois contraint d’annuler la sanction si cette dernière n’est pas motivée lors de la notification ou encore s’il existait une procédure qui permettait des garanties supérieures pour le salariés (exemple : garantie conventionnelle ou autre…)

Qui à la charge de la preuve ?

Afin de justifier le choix de la sanction, l’employeur doit fournir au Conseil de prud’hommes l’ensemble des éléments qui ont emporté sa conviction. C’est en comparaison de ces éléments et ceux fournis par le salarié que le Juge sera en mesure de trancher le litiges où d’ordonner des mesures d’instructions s’il juge cela nécessaire. A noter qu’en l’absence d’élément factuel, le doute est supposé en théorie profiter au salarié.

Bon à savoir : Si le règlement intérieur et le contrat de travail sont de bons indicateurs de ce que l’employeur peut être en droit d’attendre comme comportement du salarié, le Juge n’est pour autant pas tenu par ces dispositions.

Conséquences

Si une sanction annulée disparaît, rien n’empêche l’employeur de prononcer une nouvelle sanction dans le mois de l’annulation de la précédente sanction.

Enfin, si le salarié justifie d’un préjudice, il peut demander l’octroi de dommage et intérêts en plus de l’annulation de la sanction.

Fascicule mis à jour le 1 octobre 2018.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    14 Arrêté du 11 juin 2024 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 établissant la liste des mentions et pièces justificatives permettant d'accéder aux versements pour la retraite

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité