Travail illégal : Les Sanctions Pénales

Le travail illégal est une infraction qui peut être constatée en cas de :

  • travail dissimulé ;
  • cumul irrégulier d’emplois ;
  • marchandage ;
  • fraude aux revenus de remplacement ;
  • emploi d’un étranger n’étant pas en situation régulière.

Plusieurs sanctions sont prévues lorsque l’infraction est constatée, les sanctions peuvent être pénales, civiles, et/ou administratives.

Quelles sont les sanctions pénales prévues ?

Infraction commise lors d’un travail dissimulé

En cas de travail dissimulé, l’employeur ayant recours à cette pratique risque une amende de 45 000 € et de 3 ans d’emprisonnement selon l’article L.8224-1 du Code du travail. L’amende est de 225 000 € lorsqu’il s’agit d’une personne morale.

En cas de circonstances aggravantes, la peine d’emprisonnement encourue est 5 ans et une amende de 75 000 € est prévue – (L.8224-1 du Code du travail).

A titre d’exemple, la circonstance aggravante peut être caractérisée lorsque le travail dissimulé concerne l’emploi d’un mineur.

D’autres sanctions s’ajoutent à cela, il est prévu notamment à l’article L.8224-3 du Code du travail que les personnes physiques ayant recours à des emplois dissimulés encourent des peines complémentaires telles que :

  • l’interdiction des droits civiques, civils et de famille ;
  • exclusion des marchés publics durant maximum 5 ans ;
  • affichage du jugement dans les journaux ;
  • interdiction d’exercer une fonction publique ou d’exercer une activité professionnelle ou sociale ;
  • confiscation d’objets ayant permis à commettre l’infraction ou qui ont été utilisés à cette occasion ;
  • diffusion de la décision pénale dans une liste noire dont la durée ne doit pas excéder 2 ans.

Il convient de noter que lorsque l’infraction a été commise par une personne étrangère, celle-ci peut être sujette à une interdiction du territoire français pour une période maximale de 5 ans.

 

Infraction dans le cadre d’un prêt de main-œuvre illicite et marchandage

En cas de marchandage et de prêt de main-œuvre illicite la peine encourue est de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende, en cas de circonstances aggravantes la peine est portée à 5 ans d’emprisonnement et à 75 000 € d’amende – (L.8234-1 du Code du travail). L’amende est de 150 000 € lorsqu’il s’agit d’une personne morale.

Lorsque ces différentes infractions citées ci-dessus sont commises en bande organisée les peines sont portées à 10 ans d’emprisonnement et à 100 000 € d’amende – (L.8224-2 et L.8234-1 du Code du travail).

 

Infraction liée à l’emploi d’un salarié étranger en situation irrégulière

Le fait pour toute personne d’employer une personne étrangère en situation irrégulière est puni de 5 ans d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende.

La peine passe à 10 ans d’emprisonnement et à 100 000 € d’amende dès lors que l’infraction est commise en bande organisée – (L.8256-2 du Code du travail).

Attention : Le fait de faire des fausses déclarations dans l’objectif de faire obtenir ou tenter de faire obtenir à un étranger un titre l’autorisant à exercer une activité salariée est puni d’un an d’emprisonnement et de 3 000 € d’amende.

Le fait de faire accomplir des travaux rémunérés au-delà de la durée maximale hebdomadaire du travail est puni d’une contravention de 5ème classe soit 3 000 € d’amende selon l’article R.8262-1 du Code du travail.

Toutefois, aucune sanction n’est applicable à l’employeur de bonne foi ayant déclaré régulièrement le salarié étranger alors que ce dernier lui a fourni des titres frauduleux.

L’innocence de l’employeur est présumée lorsque celui-ci n’avait pas eu connaissance de la fraude et n’avait aucune intention de participer à cette dernière.

Lorsque le condamné ne se soumet pas aux décisions administratives celui peut être puni de 2 mois d’emprisonnement et de 3 750 € d’amende.

Fascicule mis à jour le 7 juin 2019.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

  • Clause de non-concurrence / Contrepartie financière Cass.soc.22 mai 2024, n°22-17.036

    A la loupe07 juin 2024

  • Discrimination / Syndicat Cass.soc.22 mai 2024, n°22-24.053

    A la loupe07 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité