Droits et libertés du salarié : Quels principes fondateurs ?

La notion de liberté est un principe constitutionnel qui est garanti par le préambule de la Constitution du 27 octobre 1946. Au sein des entreprises, il est impératif que les droits et libertés qu’elles soient individuelles et/ou collectives puissent être respectées.

Toutefois, les libertés (individuelles et collectives) peuvent avoir des restrictions, ces restrictions doivent être justifiées par la nature de la tâche à accomplir – (L.1121-1 du Code du travail).

En quoi consistent les libertés individuelles ?

La liberté d’expression est garantie dans l’article 10 de la CEDH et par la DDHC.

Les salariés jouissent de leur liberté d’expression dans les locaux de l’entreprise mais également à l’extérieur de l’entreprise. La Cour de cassation garantit ce principe – (Cass. Soc 28 avril 1988 n°87-41804).

Toutefois, comme le rappelle l’article L.1121-1 du Code du travail des restrictions peuvent être mis en place à conditions d’être justifiées par la nature de la tâche à accomplir.

Les salariés peuvent se voir imposer une obligation de discrétion. Cette obligation concerne les : faits ; documents ou informations à ne pas communiquer aux usagers lorsque le salarié en a connaissance dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions.

A titre d’exemple, les responsables syndicaux sont soumis à une obligation de discrétion professionnelle.

De plus, des restrictions peuvent être apportées à la liberté d’expression dans l’objectif d’assurer la protection de la réputation et des droits d’autrui dès lors que ces restrictions sont proportionnées au but recherché – (Cass. Soc 14 janvier 2014 n°12-27.284).

Ces restrictions permettent également d’éviter les abus liés à la liberté d’expression des salariés.

Ces abus peuvent être à caractère :

  • injurieux ;
  • excessif ;
  • diffamatoire.

Ces propos (injurieux, excessifs, diffamatoires) ne doivent pas être communiqués à l’intérieur comme à l’extérieur de l’entreprise.

En cas d’abus du salarié, l’employeur peut licencier le salarié pour cause réelle et sérieuse.

En parallèle de sa liberté d’expression, chaque salarié dispose d’une liberté d’opinion et de conscience, cela est garanti par la DDHC dans son article 10.

Ce qui signifie que l’employeur doit respecter les libertés de ses salariés concernant leurs opinions politiques et religieuses notamment.

A noter : Les salariés sont également soumis à cette obligation.

Cette liberté d’opinion connait également des limites, en effet il est formellement interdit tout prosélytisme dans les locaux de l’entreprise.

Fascicule mis à jour le 7 juin 2019.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    14 Arrêté du 11 juin 2024 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 établissant la liste des mentions et pièces justificatives permettant d'accéder aux versements pour la retraite

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité