Bilan social : obligation et régime juridique

Le bilan social concerne les entreprises de plus de 300 salariés. L’employeur dispose d’un délai d’un an à compter du franchissement de ce seuil   pour se conformer complètement aux obligations d’information et de consultation du CSE qui en découlent – (L.2312-34 du Code du travail).

Le bilan social récapitule les principales données chiffrées permettant d’apprécier la situation de l’entreprise dans le domaine social, d’enregistrer les réalisations effectuées et de mesurer les changements intervenus au cours de l’année écoulée et des 2 années précédentes.

Le bilan social est principalement utilisé lors de la consultation annuelle sur la politique sociale de l’entreprise, les conditions de travail et l’emploi visée à l’article L.2312-26 du Code du travail. Cette consultation doit être organisée dans un délai de 4 mois suivant la fin de l’année qui suit le franchissement du seuil visé.

Bon à savoir : L’absence de CSE, même en présence d’un procès-verbal de carence n’est pas de nature à faire échec à l’obligation d’élaborer un bilan social.

Un accord collectif peut toutefois prévoir d’autres modalités s’agissant de cette consultation et de l’obligation d’élaborer un bilan social.

L’obligation d’élaborer un bilan social pour les entreprises de plus de 300 salariés trouve sa source à l’article L.2312-28 du Code du travail. On peut le considérer comme l’équivalent du document unique d’évaluation des risques – (DUER) mais pour le volet social de l’entreprise.

 

Bon à savoir : A noter que le CSE peut se prononcer par un avis unique portant sur l’ensemble des thèmes ou par des avis séparés organisés au cours de consultations propres à chacun de ces thèmes.

 

Communication à l’Inspecteur du travail avec l’avis du CSE

Les membres du CSE ne sont pas les seuls à accéder aux informations du bilan social. En effet, ces informations sont également communiquées à l’Inspecteur du travail avec l’avis de la consultation du CSE dans les 15 à l’issue de la réunion de ce denier. Ces informations sont aussi mises à la disposition de tout salarié qui en fait la demande – (L.2312-31 du Code du travail).

Le CSE peut ne pas formuler d’avis à ce sujet bien qu’il doit être consulté. Cet avis du CSE ne lie pas l’employeur.

Bon à savoir : Dans les sociétés par actions, le dernier bilan social accompagné de l’avis du CSE, est adressé aux actionnaires ou mis à leur disposition – (L.2312-32 du Code du travail).

A l’occasion de cette consultation, les délégués syndicaux eux aussi reçoivent communication du projet de bilan social dans les mêmes conditions que les membres du CSE – (ancien L.2323-72 du Code du travail).

Le cas échéant, différents accès au bilan social peuvent être gérés directement depuis la BDESE.

 

Intérêt du bilan social dans la formation

Le bilan social sert aussi dans un second temps, de base à la mise en œuvre de la formation continue ainsi qu’à l’établissement de programmes annuels de formation.

Son rôle n’est donc limité à la simple consultation du CSE sur la politique sociale de l’entreprise.

 

Sanction en cas d’absence de bilan social

L’employeur qui ne respecterait pas cette obligation de réaliser un bilan social, encourt une condamnation pour délit d’entrave aux fonctions des représentants du personnel.

 

 

 

Fascicule mis à jour le 15 octobre 2021.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    14 Arrêté du 11 juin 2024 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 établissant la liste des mentions et pièces justificatives permettant d'accéder aux versements pour la retraite

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité