Consultations récurrentes en matière de santé, sécurité et conditions de travail

Les consultations du CSE peuvent être prévues par accord d’entreprise, sous réserve du respect des dispositions légales applicables.

 

L’accord prévoyant la périodicité des consultations du CSE :

Dans le cadre de certaines consultations, le CSE est consulté de manière dite « récurrente ». D’autres consultations seront quant à elles dites « exceptionnelles ».

Les consultations récurrentes sont obligatoires, il convient alors de respecter une périodicité dans la tenue des réunions visées pour ces consultations.

Au sein d’entreprises avec un effectif inférieur à 50 salariés, l’employeur à l’obligation de recevoir le CSE au moins une fois par mois (Article L.2315-21 du Code du travail).

Pour les entreprises de plus de 50 salariés, les consultations auront lieux 4 fois par an minimum  en matière de santé, sécurité et conditions de travail. – (Article L.2315-27 du Code du travail).

A noter que des consultations exceptionnelles pourront être mises en place en cas d’urgence, si la demande a été effectuée par les membres du CSE. (Article L.2315-22 du Code du travail).

Le CSE doit être consulté de manière récurrente pour permettre aux salariés de donner leur avis sur le type de politique que cherche à adopter le dirigeant de l’entreprise, à travers 3 axes principaux :

 

  • Les conditions de travail des salariés ;
  • Les stratégies pour lesquelles opte l’employeur ;
  • La situation budgétaire de l’entreprise.

 

Par défaut, le Code du travail détermine une certaine périodicité pour ces consultations. En cas d’accord passés entre l’employeur et les élus titulaires de la délégation du personnel du comité, les consultations doivent être menées 6 fois par an minimum sur les attributions en matière de conditions de travail (Article L.2312-19 du Code du travail).

En cas d’accord, la périodicité prévue de ces consultations, ne doit pas dépasser 3 ans.

 

Ces consultations récurrentes peuvent être adaptées aux besoins de la société via un accord d’entreprise. La périodicité est alors déterminée dans l’accord : annuelle, mensuelle…

 

Bon à savoir : L’accord d’entreprise visé à l’article L.2232-12 du Code du travail n’est pas le seul type d’accord pouvant être passé, un accord peut être passé entre l’employeur et les élus titulaires de la délégation du personnel du comité. L’accord passé détermine : l’objet, la fréquence ainsi que les renseignements essentiels au bon déroulement des consultations du CSE.  (Article L.2312-19 du Code du travail).

 

Les consultations récurrentes en l’absence d’accord

Si aucun accord n’a été passé, les consultations se dérouleront une fois par mois pour les entreprises ayant au moins 300 salariés.  (Article L.2315-28 du Code du travail)

Dans les entreprises de moins de trois cents salariés, le comité se réunit au moins une fois tous les deux mois.

Les caractéristiques des consultations récurrentes sont énoncées à l’article L.2312-24 du Code du travail.

Les consultations récurrentes concernant la stratégie ou la situation budgétaire de l’entreprise sont menées au niveau de l’entreprise, à l’exception d’une décision contraire de l’employeur.

Concernant la politique sociale, elle est menée au niveau des établissements et au niveau central quand sont prévues des mesures d’ajustement adaptées. (Article L.2312-22 du Code du travail).

 

Le rôle de la BDES dans le déroulement des consultations récurrentes

Afin de mener à bien les consultations récurrentes, l’entreprise peut utiliser la base de données économiques et sociales (BDES), celle-ci contient des informations relatives à l’activité de l’entreprise et au déroulement de la consultation. (Article R.2312-7 du Code du travail).

 

Fascicule mis à jour le 22 mars 2019.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

  • Clause de non-concurrence / Contrepartie financière Cass.soc.22 mai 2024, n°22-17.036

    A la loupe07 juin 2024

  • Discrimination / Syndicat Cass.soc.22 mai 2024, n°22-24.053

    A la loupe07 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité