Durée du préavis lors d’une démission et d’un licenciement lorsque la durée du contrat diffère de celle de la convention collective ?

Règle concernant le préavis de licenciement

En cas de licenciement pour un motif autre qu’une faute grave, l’article L.1234-1 du Code du travail fixe la durée du préavis en fonction de l’ancienneté du salarié :

  • 1 mois, si l’ancienneté du salarié est comprise entre 6 mois et moins de 2 ans ;
  • 2 mois si l’ancienneté du salarié est au moins égale à 2 ans.

Toutefois, pour les salariés ayant moins de 6 mois d’ancienneté, ce même article L.1234-1, 1° du Code du travail renvoie aux conventions collectives ou à défaut aux usages pratiqués dans la localité ou la profession.

Pour rappel, toute clause d’un contrat individuel fixant un préavis d’une durée inférieure à celle qui résulte de la loi, de la convention collective ou des usages est nulle de plein droit – (L.1234-2 du Code du travail).

La durée du préavis peut, en revanche, être plus longue puisqu’elle est alors considérée comme plus favorable au salarié. Néanmoins, la durée retenue doit demeurer raisonnable. Cette durée ne doit, en effet, pas mettre en échec la possibilité de rompre unilatéralement le contrat inhérent au dispositif du CDI – (  Cass. soc., 12 juill. 1999, no 98-40.483).

Bon à savoir : Les parties peuvent négocier des dispositions relatives à la dispense automatique de préavis de licenciement, si le salarié a trouvé un autre emploi avant son terme. Dans ce contexte, il est parfois prévu que l’indemnisation du contrat coure alors jusqu’au terme du préavis, comme si le salarié l’avait exécuté.

 

Règle concernant le préavis de démission

Le Code du travail ne fixe pas la durée du préavis, sauf pour les VRP – (L.7313-9 du Code du travail) et les journalistes – (L.7112-2 du Code du travail). En l’absence de durée prévue par la loi, il convient de se référer à la convention collective, à défaut, aux usages pratiqués dans la localité ou la profession pour connaître la durée du préavis de démission – (L.1237-1 du Code du travail).

Le contrat de travail peut comporter une clause de préavis plus favorable au salarié que le préavis issu le cas échéant de la convention collective. Sur ce point, et contrairement à l’hypothèse du licenciement, seul un préavis plus court est réputé satisfaire à l’exigence du principe de faveur – (  Cass. soc., 19 juin 1996, no 93-44.728 ; Cass. Soc., 31 mars 2021, n° 19-20.883) et il sera fait échec à un préavis plus long que celui fixé par la convention collective – (  Cass. soc., 1er avr. 1992, no 90-43.999). En outre, dans le silence de la convention collective à ce sujet, le préavis éventuellement contenu dans le contrat ne peut s’imposer au salarié – (  Cass. soc., 25 nov. 2009, no 08-41.219).

Bon à savoir : Si plusieurs sources (loi, convention collective, contrat de travail, etc.) fixent une durée de préavis différente, c’est la durée la plus courte qui doit être retenue.

 

 

Me Alassane Sy

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail

Fascicule mis à jour le 5 avril 2022.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Décret 18 juin 2024 relatif à la préparation opérationnelle à l’emploi individuelle

    Abonnés21 juin 2024

  • Journal Officiel21 juin 2024

    13 Arrêté du 13 juin 2024 modifiant l'arrêté du 25 novembre 2019 relatif aux modalités de demande ou de renouvellement d'agrément d'accords en faveur des travailleurs handicapés

  • Journal Officiel21 juin 2024

    14 Arrêté du 14 juin 2024 relatif à la liste électorale et aux opérations électorales pour la mesure en 2024 de l'audience syndicale dans les entreprises de moins de onze salariés

  • Journal Officiel21 juin 2024

    17 Arrêté du 19 juin 2024 fixant le montant brut de l'indemnité journalière de nourriture des marins

  • Faute inexcusable : définition

    Droit social20 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité