Durée du préavis lors d’une démission et d’un licenciement lorsque la durée du contrat diffère de celle de la convention collective ?

Règle concernant le préavis de licenciement

En cas de licenciement pour un motif autre qu’une faute grave, l’article L.1234-1 du Code du travail fixe la durée du préavis en fonction de l’ancienneté du salarié :

  • 1 mois, si l’ancienneté du salarié est comprise entre 6 mois et moins de 2 ans ;
  • 2 mois si l’ancienneté du salarié est au moins égale à 2 ans.

Toutefois, pour les salariés ayant moins de 6 mois d’ancienneté, ce même article L.1234-1, 1° du Code du travail renvoie aux conventions collectives ou à défaut aux usages pratiqués dans la localité ou la profession.

Pour rappel, toute clause d’un contrat individuel fixant un préavis d’une durée inférieure à celle qui résulte de la loi, de la convention collective ou des usages est nulle de plein droit – (L.1234-2 du Code du travail).

La durée du préavis peut, en revanche, être plus longue puisqu’elle est alors considérée comme plus favorable au salarié. Néanmoins, la durée retenue doit demeurer raisonnable. Cette durée ne doit, en effet, pas mettre en échec la possibilité de rompre unilatéralement le contrat inhérent au dispositif du CDI – (  Cass. soc., 12 juill. 1999, no 98-40.483).

Bon à savoir : Les parties peuvent négocier des dispositions relatives à la dispense automatique de préavis de licenciement, si le salarié a trouvé un autre emploi avant son terme. Dans ce contexte, il est parfois prévu que l’indemnisation du contrat coure alors jusqu’au terme du préavis, comme si le salarié l’avait exécuté.

 

Règle concernant le préavis de démission

Le Code du travail ne fixe pas la durée du préavis, sauf pour les VRP – (L.7313-9 du Code du travail) et les journalistes – (L.7112-2 du Code du travail). En l’absence de durée prévue par la loi, il convient de se référer à la convention collective, à défaut, aux usages pratiqués dans la localité ou la profession pour connaître la durée du préavis de démission – (L.1237-1 du Code du travail).

Le contrat de travail peut comporter une clause de préavis plus favorable au salarié que le préavis issu le cas échéant de la convention collective. Sur ce point, et contrairement à l’hypothèse du licenciement, seul un préavis plus court est réputé satisfaire à l’exigence du principe de faveur – (  Cass. soc., 19 juin 1996, no 93-44.728 ; Cass. Soc., 31 mars 2021, n° 19-20.883) et il sera fait échec à un préavis plus long que celui fixé par la convention collective – (  Cass. soc., 1er avr. 1992, no 90-43.999). En outre, dans le silence de la convention collective à ce sujet, le préavis éventuellement contenu dans le contrat ne peut s’imposer au salarié – (  Cass. soc., 25 nov. 2009, no 08-41.219).

Bon à savoir : Si plusieurs sources (loi, convention collective, contrat de travail, etc.) fixent une durée de préavis différente, c’est la durée la plus courte qui doit être retenue.

 

 

Me Alassane Sy

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail

Fascicule mis à jour le 5 avril 2022.

Tous droits réservés.

-

Maitre Data

Manuel Social
Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social

Actualité

  • Employeur et Salarié : Qui peut être accompagné lors d’un entretien disciplinaire et sous quelles conditions ?

    Droit social10 août 2022

  • Journal Officiel09 août 2022

    22 Arrêté du 4 juillet 2022 fixant la liste des entreprises adaptées retenues pour mener l'expérimentation d'un accompagnement des transitions professionnelles en recourant au contrat à durée déterminée conclu en application de l'article L. 1242-3 du code du travail

  • Journal Officiel07 août 2022

    15 Arrêté du 16 juin 2022 revalorisant le montant de l'aide financière susceptible d'être attribuée aux entreprises adaptées de travail temporaire et aux entreprises adaptées autorisées à mettre en œuvre l'expérimentation des contrats à durée déterminée tremplin

  • Journal Officiel07 août 2022

    16 Arrêté du 16 juin 2022 fixant les montants des aides financières susceptibles d'être attribués aux entreprises adaptées hors expérimentation

  • Journal Officiel05 août 2022

    19 Arrêté du 26 juillet 2022 habilitant les territoires pour mener l'expérimentation « territoires zéro chômeur de longue durée »

Recherche

Recevoir la newsletter