Forfait jours et temps partiel : ce qu’il faut savoir

La mise en place d’un forfait en jours pour un salarié suppose nécessairement une autonomie au sein de son poste et de son activité.

 

Logique d’interprétation sur le forfait jours et le temps partiel

Si l’autonomie reste le critère déterminant dans la mise en place du forfait en jours et qu’en conséquent la charge de travail n’est pas, a priori prise en compte comme condition d’éligibilité, se pose légitimement la question de savoir s’il est possible de profiter du dispositif de forfait en jours pour ne pas décompter le temps de travail et garder une totale autonomie dans l’organisation tout en étant à temps partiel.

A noter par ailleurs, la condition d’être à temps plein voire pour une durée supérieure à la durée légale, n’existe pas dans l’article L.3121-58 du Code du travail.

Bon à savoir : Dans tous les cas, il est nécessaire de se référer aux dispositions de l’accord collectif ou de la convention collective concernant les possibilités de recourir au forfait en jours. L’accord collectif peut prévoir des catégories de salarié visés par le forfait en jours, si c’est le cas, ces catégories devront être respectées.

Pour autant et du moins dans l’esprit, le forfait en jours sert à payer de manière différente les heures supplémentaires or, à temps partiel ou à mi-temps, il n’y a précisément plus d’heures supplémentaires.

L’une des principales utilité du recours au forfait en jours disparait.

Bon à savoir : Afin que le salarié ne réclame pas le paiement des heures supplémentaires, la convention de forfait doit indiquer à la fois le volume d’heures supplémentaires qui sont incluses dans la rémunération ainsi que le salaire de base pour la durée légale de travail à savoir 35h.

Lors du passage à temps partiel, il sera donc nécessaire d’adapter le convention de forfait individuel en conséquent.

 

Possibilité d’être à temps partiel en forfait jours

N’étant pas soumis aux règles de droit commun du temps de travail et ne figurant pas dans les conditions permettant de recourir au forfait jours de l’article L.3121-58 du Code du travail, il est en théorie possible de ne pas être à temps plein et d’être au forfait jours.

Il s’agira alors de salarié  au forfait en jours réduit.

Bon à savoir : Le fait d’être au forfait en jour, implique de ne pas décompter : ni les heures supplémentaires, ni les heures complémentaires, ni la limite par rapport au contingent annuel ou en contrepartie obligatoire en repos – (L.3121-62 du Code du travail).

Enfin, le fait d’être à temps partiel, ne prive pas l’employeur de son obligation de faire le point chaque année sur le nombre de jour ou de demi-journée travaillées par le salarié – (D.3171-10 du Code du travail).

Ce décompte doit par ailleurs être mis à disposition de l’Inspecteur du travail pour une durée d’au moins 3 ans afin de permettre à ce dernier de retracer l’historique du travail accompli par le salarié de l’entreprise en cas de contrôle.

 

Fascicule mis à jour le 22 mars 2021.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Journal Officiel17 juin 2024

    13 Arrêté du 3 juin 2024 fixant les modèles de documents d'information prévus par l'article R. 1221-38 dans sa rédaction résultant de l'article 1er du décret n° 2023-1004 du 30 octobre 2023 portant transposition de la directive (UE) 2019/1152 du Parlement européen et du Conseil du 20 juin 2019 relative à des conditions de travail transparentes et prévisibles dans l'Union européenne

  • Journal Officiel17 juin 2024

    23 Arrêté du 14 juin 2024 fixant la liste des organisations professionnelles d'employeurs reconnues représentatives dans le périmètre utile à la négociation des entreprises au service de la création et de l'évènement

  • Lutte contre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations : un guide pour les CSE

    Ministère du travail17 juin 2024

    Dans le cadre du Plan de lutte contre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations liées à l'origine 2023-2026, le ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités a réalisé, avec différents partenaires (partenaires sociaux, Défenseur des droits, etc.), un guide de sensibilisation des membres des comités sociaux et économiques d'entreprises (CSE) à la prévention et à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations liées à l'origine. - L'actualité du ministère

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Congé / Formation / Elu Cass. soc.12 juin 2024, n°22-18.302

    A la loupe14 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité