Mise à la retraite à l’initiative de l’employeur : conditions à réunir

Un employeur peut prononcer la mise à la retraite d’office d’un salarié âgé d’au moins 70 ans. Lorsque ce dernier atteint un âge lui permettant de bénéficier automatiquement d’une retraite à taux plein (entre 65 ans et 67 ans selon son année de naissance), il peut lui proposer une mise à la retraite.

Le principe de mise à la retraite par l’employeur

Selon l’articleL.1237-5 du Code du travail, un employeur peut rompre le contrat de travail d’un salarié en le faisant partir à la retraite dès lors que celui-ci a la faculté de liquider sa pension de vieillesse à taux plein. Ce dispositif appartient à un régime juridique datant du 30 juillet 1987 sous la loi « Seguin » et qui a connu de nombreuses réformes avant d’être entièrement encadré sous les articles L.1237-5 du Code du travail à L.1237-8 du Code du travail.

On distingue la mise à la retraite avec accord de l’employé (de 65 à 69 ans) et la mise à la retraite d’office (dès 70 ans). Le Code du travail prévoit toutefois des dérogations dans lesquelles cette procédure peut être entamée avant l’âge du « taux plein » au sens de l’article L.351-8-3 du Code de la sécurité sociale.

Les conditions de fond à réunir

La mise à la retraite est conditionnée par l’âge et le taux de la pension de vieillesse du salarié, deux critères qui sont d’ailleurs interdépendants. Ainsi, dès que celui-ci atteint l’âge requis pour bénéficier automatiquement d’une retraite à taux plein, il peut être mis à la retraite, uniquement s’il y consent, avant ses 70 ans. Au-delà de 70 ans, son employeur peut décider unilatéralement de son départ.

Le respect des conditions légales doit être vérifié à la date d’expiration du contrat de travail (après le préavis effectué ou non), et non à la date de la notification de la procédure par l’employeur – (  Cass. soc. 22 juin 2011, n° 09-71.118). En revanche, les démarches à suivre doivent être celles qui sont légalement en vigueur au moment de la notification de la mise à la retraite – (  Cass. soc., 14 mai 2008, n° 06-43.564 ; Cass. soc., 10 mai 2012, n° 11-11.768).

Conformément à la condition de liquidation de la pension de vieillesse à taux plein, indépendamment du nombre de trimestres cotisés, un salarié ne peut donc être mis à la retraite avant ses :

  • 65 ans s’il est né avant le 1er juillet 1951 ;
  • 65 ans et 4 mois s’il est né dans le deuxième semestre de l’année 1951 ;
  • 65 ans et 9 mois s’il est né en 1952 ;
  • 66 ans et 2 mois en 1953 ;
  • 66 ans et 7 mois s’il est né en 1954 ;
  • 67 ans s’il est né après le 31 décembre 1954.

 

Me Nicolas BECK

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail

Fascicule mis à jour le 28 novembre 2023.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité