Quel protocole en cas de cas contact / contamination ?

Dans le cadre de l’épidémie Covid-19, un protocole sanitaire est mis en place par l’État. Il est notamment prévu de contacter l’ensemble des cas qui ont été en contact avec une personne qui a été testée positive.

Définition du « cas contact »

D’après la santé publique française, il y a 3 niveaux de cas contact :

  • risque modéré/élevé – (ex : famille, colocataires, conjoints…) ;
  • risque faible – (ex : personnes que l’on a rencontré récemment et que nous ne sommes pas amenés à revoir) ;
  • risque négligeable – ( ex : personnes que l’on croise dans les transports en communs).

Les personnes considérées comme cas contact et contactées par l’Assurance Maladie sont les cas à risque modéré/élevé.

L’ARS contacte alors toutes les personnes qui ont été en contact direct ces 24 dernières heures avec la personne testée positive au dépistage du Covid-19.

Les cas qui ont été contactés doivent alors immédiatement s’isoler car il peuvent être contagieux 48h avant les symptômes et deviennent prioritaires pour le dépistage qui sera pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie.

Délais d’isolement :

  • dans l’hypothèse où le test est positif : la personne devra s’isoler 7 jours + 2 jours supplémentaires si les symptômes persistent. L’ARS va alors contacter ce dernier pour déterminer les potentiels cas contacts.
  • par ailleurs, la personne testée négative – (car cas contact) devra aussi s’isoler tant que le transmetteur est malade et 7 jours après la guérison de ce dernier + refaire un test afin de marquer la fin de son isolement.

Il devra, par ailleurs porter correctement et rigoureusement son masque et respecter les gestes barrières.

 

Marche à suivre pour l’employeur lorsqu’un employé à les symptômes

D’après le ministère du travail : « toute personne ayant de la fièvre, toux, difficulté respiratoire, à parler, à avaler, une perte de goût, d’odorat est susceptible d’être atteinte par le Covid-19, le service de la santé au travail est impliqué lors de l’urgence et la gestion de suspicion du Covid-19 ».

L’employeur est tenu par la loi de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés – (L.4121-1 du Code du travail).

L’employeur à un devoir de protection notamment par la possibilité de mettre les salariés en télétravail – (recommandé par le gouvernement) lorsqu’un salarié présente certains symptômes du Covid-19 ou de les renvoyer chez eux afin de protéger les autres salariés du risque potentiel.

Dans les cas les plus graves, il devra appeler le 15. Il a le devoir aussi de nettoyer les zones où le salarié est passé.

Bon à savoir : Le secret médical permet à un salarié de refuser une prise de température à l’entrée de l’entreprise en faisant valoir ses droits.

L’employeur pourra tout de même demander un examen par le médecin du travail, s’il suspecte une situation à risque – (R.4624-17 du Code du travail).

Par ailleurs, si le salarié a les symptômes ou s’est fait dépisté, l’entreprise sera informé par l’assurance maladie afin de protéger ses collègues – (Fiche des conduites à tenir pour l ‘entreprise en cas de suspicion du Covid-19 divulgué par le ministère du travail).

Bon à savoir : Les employés ont un droit de retrait lorsqu’ils considèrent qu’ils sont en danger dans leur entreprise.

D’après le   décret n°2020-926 du 28 Juillet 2020, l’entreprise a aussi la possibilité de proposer une activité partielle pour limiter les contacts entre les salariés.

 

 

Fascicule mis à jour le 06 octobre 2020.

Tous droits réservés.

-

Maitre Data