Rupture conventionnelle : le formalisme

Même si la rupture conventionnelle peut être à l’initiative de l’employeur, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un mode de rupture du contrat de travail d’un commun accord. En effet, une telle rupture ne peut être imposée ni à l’une, ni à l’autre des parties. Les parties doivent chacune consentir de manière libre et éclairée à la rupture conventionnelle – (L.1237-11 du Code du travail).

Ce mode de rupture ne concerne que les salariés embauchés dans le cadre d’un contrat de travail à durée indéterminée. Elle ne peut intervenir pendant la période d’essai.

En revanche, il sera impossible de procéder par le biais d’une rupture conventionnelle concernant les salariés en contrat de travail à durée déterminée, en contrat d’apprentissage, ou en contrat de travail temporaire. Également, une assistante maternelle ne peut conclure une rupture conventionnelle.

Un certain formalisme doit être respecté dans le cadre de la rupture conventionnelle.

 

La demande de rupture conventionnelle

La demande de rupture conventionnelle peut être faite aussi bien à l’écrit qu’à l’oral. Il n’existe aucun formalisme particulier sur ce point.

D’ailleurs, le destinataire de cette demande, qu’il s’agisse de l’employeur ou du salarié, n’est pas tenu de répondre, et ce même si la demande lui a été soumise à plusieurs reprises.

 

La tenue d’un entretien

Au moins un entretien doit avoir lieu entre l’employeur et le salarié au sujet de cette rupture conventionnelle – (L.1237-12 du Code du travail). La convention de rupture peut être signée directement à cette occasion. En effet, il n’existe pas de délai minimum entre la tenue de l’entretien et la signature de ladite convention.

L’objet de cet entretien sera de discuter des conditions de la rupture projetée.

Également, aucun formalisme particulier n’existe pour la convocation du salarié à cet entretien. Néanmoins, il est conseillé de le faire par écrit de manière à en conserver un justificatif, rappelant d’ailleurs la faculté pour le salarié de se faire assister – (L.1237-12 du Code du travail).

 

La convention de rupture

Il s’agit d’un formulaire à compléter qui est disponible sur téléservice. Il devra ensuite être daté et signé par l’employeur et le salarié.

Dans ce formulaire, seront mentionnées à minima les informations suivantes : la date de fin du délai de rétractation, la date de la rupture du contrat de travail (au plus tôt au lendemain du jour de l’homologation de la convention), et le montant de l’indemnité spécifique de la rupture conventionnelle – (L.1237-13 du Code du travail).

L’employeur devra remettre au salarié un exemplaire de la convention de rupture.

 

La faculté de rétractation

L’employeur et le salarié disposent chacun de la possibilité de changer d’avis quant à cette décision de rompre le contrat de travail. Il s’agit d’un droit de rétractation.

Le délai de rétractation est de 15 jours calendaires et court à compter du lendemain de la signature de la convention de rupture. Cette rétractation interviendra soit par courrier recommandé avec accusé de réception, soit par lettre remise en main propre contre décharge – (L.1237-13 du Code du travail).

 

La procédure d’homologation de la convention de rupture

En l’absence de rétractation dans le délai imparti, la convention de rupture est adressée à la DDETSPP (Direction départementale de l’emploi, du travail, des solidarités et de la protection des populations, anciennement Direccte) aux fins d’homologation – (L.1237-14 du Code du travail).

Cette demande d’homologation peut donc être adressée dès le lendemain de l’expiration du délai de rétractation.

De son côté, la DDETSPP dispose d’un délai de 15 jours ouvrables, à compter du lendemain de la réception de la convention de rupture, pour vérifier la validité de celle-ci. A défaut de réponse dans ce délai de 15 jours, la convention est considérée comme homologuée.

Un éventuel refus d’homologation doit être motivé par la DDETSPP.

 

 

Me Mélanie Le Corre

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail
MLC Avocat

Fascicule mis à jour le 13 février 2024.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    14 Arrêté du 11 juin 2024 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 établissant la liste des mentions et pièces justificatives permettant d'accéder aux versements pour la retraite

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité