Attributions de la délégation du personnel au CSE dans les entreprises de moins de 50 salariés

La loi donnait pour mission aux délégués du personnel (article L.2313-1 ancien du Code du travail)  : « de présenter aux employeurs toutes les réclamations individuelles et collectives relatives aux salaires, à l’application du Code du travail et des autres lois et règlements concernant la protection sociale, l’hygiène et la sécurité ainsi que des conventions et accords collectifs de travail applicables dans l’entreprise ».

L’article L.2312-5 du Code du travail reprend ces missions pour les membres des CSE des entreprises de 11 à moins de 50 salariés.

Présentation des réclamations individuelles et collectives des salariés

La délégation du personnel au CSE dans les entreprises de moins de 50 salariés ont pour mission principale de présenter à l’employeur les « réclamations individuelles ou collectives relatives aux salaires, à l’application du code du travail et des autres dispositions légales concernant notamment la protection sociale, ainsi que des conventions et accords applicables dans l’entreprise » – (L.2312-5, al. 1er du Code du travail).

Bon à savoir : Le rôle de ces derniers sera de présenter les réclamations se rapportant à la mise en œuvre du statut collectif existant, tandis que les revendications tendant à la modification de ce statut seront réservées aux délégués syndicaux.

Lorsque dans une entreprise en société anonyme, les membres de la délégation du personnel du CSE présentent des réclamations auxquelles il ne pourrait être donné suite qu’après délibération du conseil d’administration, ils sont reçus par celui-ci, sur leur demande, en présence du directeur ou de son représentant ayant connaissance des réclamations présentées – (L.2312-5, al. 4 du Code du travail).

 

Promotion de la santé et de la sécurité et amélioration des conditions de travail

En matière de santé, sécurité, et conditions de travail, les membres du CSE se voient confier une mission générale en matière de santé et sécurité qui consiste à assurer la protection et la prévention de la santé physique et mentale des salariés de l’entreprise. Dans ce cadre, ils ont la possibilité de réaliser des enquêtes en matière d’accidents du travail ou de maladies professionnelles ou à caractère professionnel – (L.2312-5, al. 2 du Code du travail), et disposent du droit d’alerter l’employeur en cas d’atteinte aux droits des personnes et en cas de danger grave et imminent – (L.2312-5, al. 3 du Code du travail).

 

Interventions auprès de l’inspection du travail

Les membres du CSE peuvent saisir l’inspection du travail de leurs observations ou plaintes, celui-ci étant en charge de contrôler le respect des dispositions légales et conventionnelles applicables dans l’entreprise (article L. 2312-5, al. 5 du Code du travail). Il pourra s’agir, par exemple, du respect des règles relatives à la prévention des risques professionnels, aux règles de sécurité, à la lutte contre le harcèlement ou les discriminations, etc.

 

Rôle du CSE en matière de négociation collective

Dans les entreprises dont l’effectif est compris entre 11 et 50 salariés et qui sont dépourvues de délégué syndical ou de conseil d’entreprise, les membres du CSE peuvent ainsi négocier, conclure, réviser ou dénoncer des accords collectifs de travail – (L.2232-23-1 du Code du travail).

Bon à savoir : Ces dispositions ne font pas obstacle à ce que des dispositions plus favorables relatives aux attributions du CSE soient mises en place par accords collectifs ou de travail ou par usages – (L.2312-4 du Code du travail).

 

 

Me Alassane Sy

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail

Fascicule mis à jour le 2 février 2022.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Journal Officiel17 juin 2024

    13 Arrêté du 3 juin 2024 fixant les modèles de documents d'information prévus par l'article R. 1221-38 dans sa rédaction résultant de l'article 1er du décret n° 2023-1004 du 30 octobre 2023 portant transposition de la directive (UE) 2019/1152 du Parlement européen et du Conseil du 20 juin 2019 relative à des conditions de travail transparentes et prévisibles dans l'Union européenne

  • Journal Officiel17 juin 2024

    23 Arrêté du 14 juin 2024 fixant la liste des organisations professionnelles d'employeurs reconnues représentatives dans le périmètre utile à la négociation des entreprises au service de la création et de l'évènement

  • Lutte contre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations : un guide pour les CSE

    Ministère du travail17 juin 2024

    Dans le cadre du Plan de lutte contre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations liées à l'origine 2023-2026, le ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités a réalisé, avec différents partenaires (partenaires sociaux, Défenseur des droits, etc.), un guide de sensibilisation des membres des comités sociaux et économiques d'entreprises (CSE) à la prévention et à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations liées à l'origine. - L'actualité du ministère

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Congé / Formation / Elu Cass. soc.12 juin 2024, n°22-18.302

    A la loupe14 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité