CPF – L’employeur peut-il refuser une demande de formation d’un de ses collaborateurs ?

Il n’existe actuellement aucune obligation pour l’employeur d’accepter une demande de formation d’un collaborateur.

Bon à savoir : L’employeur est libre de refuser l a demande de formation, qu’il s’agisse d’une formation CPF ou non.

A noter toutefois que si un 1er refus ne soulèvera pas de problème en principe, un second voire un 3ème refus sera plus compliqué à justifier vis-à-vis d’un même collaborateur.

Plusieurs raisons peuvent justifier un refus de formation

Dans les motifs de refus de l’employeur, on retrouve :

  • le surcroit d’activité ;
  • un désaccord sur la formation au regard de l’activité et d’une certaine cohérence peut également être invoqué à l’appui d’un refus.

Bon à savoir : Il convient toutefois de s’assurer qu’aucun accord d’entreprise ou un accord de branche ne prévoit la réalisation d’une formation spécifique dans le cadre de l’activité telle qu’une VAE ou autre type de formation – (L.6323-11 du Code du travail).

Condition du refus de l’employeur

Afin d’être en capacité de refuser une demande de formation, l’employeur doit s’assurer devait bien avoir lieu pendant le temps de travail du salarié. En effet, l’employeur n’a pas le pouvoir de refuser une formation qui se déroulerait sur le temps libre du salarié : « Les formations financées dans le cadre du compte personnel de formation ne sont pas soumises à l’accord de l’employeur lorsqu’elles sont suivies en dehors du temps de travail. Lorsqu’elles sont suivies en tout ou partie pendant le temps de travail, le salarié doit demander l’accord préalable de l’employeur sur le contenu et le calendrier de la formation et l’employeur lui notifie sa réponse dans des délais déterminés par décret […] » – (L.6323-17 du Code du travail).

Eléments juridiques de procédure

Le collaborateur souhaitant suivre une formation qui se déroulerait totalement ou en partie sur son temps de travail doit en avertir son employeur via une demande écrite formulée avant le début de la formation visée et dans un délai qui ne peut être inférieur à :

  • 60 jours calendaires si la durée de l’action de formation est inférieure à 6 mois ;
  • 120 jours toujours calendaires si la durée de l’action de formation est égale ou supérieure à 6 mois.

Si la formation a lieu durant le temps de travail, l’employeur est libre de refuser.

Enfin, à compter de la réception de la demande, l’employeur à un délai de 30 jours calendaires de son côté pour notifier sa réponse au salarié.

Bon à savoir : L’absence de réponse de l’employeur dans ce délai vaut acceptation de la demande.

 

 

Fascicule mis à jour le 26 février 2021.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

  • Clause de non-concurrence / Contrepartie financière Cass.soc.22 mai 2024, n°22-17.036

    A la loupe07 juin 2024

  • Discrimination / Syndicat Cass.soc.22 mai 2024, n°22-24.053

    A la loupe07 juin 2024

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité