Salaire : la remise d’un bulletin de paie

L’obligation de remise par l’employeur d’un bulletin de paie

L’article L.3243-2 du Code du travail impose à l’employeur de remettre à son salarié une pièce justificative appelée bulletin de paie. La lecture du bulletin de paie permettra ainsi au salarié de bien comprendre le calcul de sa rémunération, de pouvoir vérifier si le nombre d’heures de travail réalisées a bien été retranscrit, et de prendre connaissance du décompte des congés payés.

Le bulletin de salaire établi par l’employeur devra comporter un certain nombre de mentions obligatoires, telles que prévues par les articles R.3243-1 du Code du travail et suivants.

Notons que pour l’apprenti, l’émission d’un bulletin de paie est obligatoire. En revanche, celle-ci n’est pas obligatoire pour le stagiaire dont la gratification n’excède pas un montant minimal ou dont le stage est inférieur à 2 mois.

Également, comme le prévoit l’article L.3243-4 du Code du travail, l’employeur doit conserver un double des bulletins de paie des salariés pendant 5 ans.

 

Les modalités de remise du bulletin de paie

L’article L.3243-2 du Code du travail apporte des précisions quant à la remise du bulletin de paie. En effet, aucune formalité de signature ou d’émargement ne peut être exigée, en dehors de celle établissant que la somme reçue correspond bien au montant net figurant sur ledit bulletin.

Selon l’article L.3243-3 du Code du travail, l’acceptation par le salarié, sans protestation ni réserve, d’un bulletin de paie, ne peut valoir de sa part renonciation au paiement de tout ou partie du salaire et des indemnités ou accessoires de salaire qui lui sont dus.

 

Le délai pour la remise du bulletin de paie

En principe, le paiement du salaire et la remise du bulletin de paie doivent intervenir simultanément. En pratique, la détermination de cette date est libre. Néanmoins, cette date devra être similaire d’un mois à l’autre, et intervenir tous les 30 jours.

L’important en la matière sera donc la régularité.  Dès lors que l’employeur opte pour une certaine date s’agissant du paiement du salaire et de la remise du bulletin de paie, il devra s’y tenir. A défaut, il s’expose à des sanctions.

 

Les conséquences de l’absence de remise du bulletin de paie

Dans le cas où l’employeur ne remettrait pas régulièrement à son salarié ses bulletins de paie, alors il prend un risque juridique. En effet, le salarié pourra saisir le Conseil de Prud’hommes de ce manquement.

L’employeur pourra ainsi être condamné à régler au salarié des dommages et intérêts compte tenu du préjudice subi. Il sera en outre très certainement condamné à remettre au salarié les bulletins de paie manquants, et ce sous astreinte. Il peut également être condamné au paiement d’une amende pouvant atteindre 450 € par fiche non remise.

En outre, l’absence de remise de bulletins de paie peut être constitutive d’un délit de travail dissimulé.

 

La remise d’un duplicata de la fiche de paie

Si le salarié égare sa fiche de paie, il peut demander à son employeur de lui en communiquer un double. Néanmoins, aucune obligation n’impose à l’employeur de transmettre ledit duplicata.

En outre, l’employeur doit en principe conserver pendant 5 ans les bulletins de paie du salarié. Néanmoins, au-delà de ces 5 années, l’employeur devra garantir au salarié la mise à disposition des fiches de paie pendant 50 ans à compter de sa date d’émission ou pendant 6 ans après son départ en retraite.

En pratique, les règles précitées manquent de cohérence car si l’employeur a une obligation de conservation des bulletins de paie relativement longue, il n’est pas tenu d’en fournir un duplicata.

 

 

Me Mélanie Le Corre

par
Avocat au Barreau de Paris
Expert en droit du travail
MLC Avocat

Fascicule mis à jour le 06 décembre 2023.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    14 Arrêté du 11 juin 2024 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 établissant la liste des mentions et pièces justificatives permettant d'accéder aux versements pour la retraite

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité