Invalidité : Conditions d’Attribution de la Pension

L’invalidité est constatée lorsque l’assuré n’est pas en état de répondre à ses exigences professionnelles en raison de sa santé – (L.341-1 du Code de la sécurité sociale).

L’état d’invalidité est constaté dès lors qu’il réduit au moins 2/3 de la capacité de travail ou de gain de l’assuré – (R.341-2 du Code de la sécurité sociale).

Une pension est alors accordée à l’assuré lorsque son état ne lui permet plus de se procurer un salaire supérieur à une fraction normale correspondant à l’emploi qu’il exerçait avant la date de l’interruption de travail suivie d’invalidité ou la date de la constatation médicale de l’invalidité si celle-ci résulte de l’usure prématurée de l’organisme – (L.341-1 du Code de la sécurité sociale).

Ne remplit pas les conditions requises pour bénéficier d’une pension d’invalidité l’assuré dont l’invalidité, non imputable à une usure prématurée de l’organisme, résulte d’une affection préexistante à son immatriculation à la sécurité sociale et qui ne s’est pas aggravée pendant sa période d’affiliation, au cours de laquelle il n’a perçu aucune indemnité journalière de l’assurance maladie – (Cass. Soc 21 juin 1978 n°77-10.034).

Bon à savoir : Lorsque l’invalidité est provoquée par une faute intentionnelle de l’assuré, ce dernier ne peut bénéficier de la pension – (L.375-1 du Code de la sécurité sociale).

Conformément à l’article L.341-3 du Code de la sécurité sociale, l’état d’invalidité s’évalue en fonction de la capacité de travail restante, de l’état général, de l’âge ainsi que des facultés physiques et mentales de l’assuré et de ses aptitudes et de sa formation :

  • soit après consolidation de la blessure en cas d’accident non régi par la législation relative aux accidents du travail ;
  • soit à l’expiration de la période durant laquelle l’assuré a bénéficié des prestations en espèce de l’assurance maladie ;
  • soit après stabilisation de son état intervenue avant l’expiration du délai donnant lieu au bénéfice des prestations en espèces de l’assurance maladie ;
  • soit au moment de la constatation médicale de l’invalidité lorsque cette dernière résulte de l’usure prématurée de l’organisme.

Quelle est la durée d’activité permettant à l’assuré de bénéficier de l’assurance ?

Afin de pouvoir bénéficier de l’assurance invalidité, l’assuré doit justifier :

  • avoir cotisé un salaire au moins égal à 2 030 fois la valeur du SMIC horaire au 1er janvier de l’année ;
  • ou avoir réalisé au moins 600 heures de travail salarié ou assimilé au cours des 12 mois civils ou des 365 jours précédant l’interruption de travail ou la constatation de l’état d’invalidité résultant de l’usure prématurée de l’organisme.

Cela est prévu par l’article R.313-5 et L.341-2 du Code de la sécurité sociale expose les conditions afin de bénéficier de l’ouverture du droit à la pension d’invalidité.

Les conditions énumérées ci-dessus s’apprécient à la date laquelle est survenue l’interruption de travail suivie d’invalidité ou la constatation de l’usure prématurée de l’organisme.

A noter : Lorsque l’assuré n’a pas repris d’activité, son droit à pension d’invalidité se calcule au premier jour du mois où il a été en arrêt de travail.

Par ailleurs s’il n’y a pas de continuité entre l’arrêt de travail et l’état d’invalidité, son droit à pension d’invalidité est examiné au moment où il formule sa demande.

Les personnes retenues dans un centre socio-médico judiciaire de sûreté ainsi que les détenus titulaires d’une pension d’invalidité liquidée, ont le droit au maintien du versement de la pension (L.381-30-1 et L.381-31 du Code de la sécurité sociale).

Dès lors que les personnes ne remplissent plus les conditions pour relever du régime général ou des régimes qui lui sont rattachés, ils bénéficient, à partir de la date à laquelle les conditions ne sont plus remplies, du maintien du droit aux prestations d’invalidité durant 12 mois – (R.161-3 alinéa 2 du Code de la sécurité sociale).

 

Fascicule mis à jour le 23 mai 2019.

Tous droits réservés.

-

ATTENTION ! Cet article est un extrait.

Abonnez-vous pour accéder à l'intégralité du contenu.

Ces offres peuvent vous intéresser

Maitre Data

Abonnez-vous !

Manuel Social

Trouvez la réponse à toutes vos questions en Droit Social

Offre spéciale
Le Manuel Social
Abonnez-vous !

Actualité

  • Convention tripartite / Rupture / Employeurs successifs Cass.soc.7 mai 2024, n°22-22.641

    A la loupe14 juin 2024

  • Journal Officiel13 juin 2024

    9 Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    10 Ordonnance n° 2024-534 du 12 juin 2024 portant adaptation des dispositions de la loi n° 2023-1196 du 18 décembre 2023 pour le plein emploi à la Guadeloupe, à la Guyane, à la Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Journal Officiel13 juin 2024

    14 Arrêté du 11 juin 2024 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 établissant la liste des mentions et pièces justificatives permettant d'accéder aux versements pour la retraite

  • Journal Officiel12 juin 2024

    9 Décret n° 2024-533 du 10 juin 2024 modifiant le décret n° 2023-263 du 12 avril 2023 définissant les secteurs autorisés à mettre en œuvre l'expérimentation prévue par la loi n° 2022-1598 du 21 décembre 2022 portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi sur le remplacement de plusieurs salariés par un seul salarié titulaire d'un contrat à durée déterminée ou d'un contrat de travail temporaire

Recherche

Recevoir la newsletter

Gérer vos Cookies

Nous utilisons les cookies sur notre site.

Ces cookies permettent de mesurer le trafic du site et de personnaliser votre expérience

Accepter Continuer sans accepter

Voir la politique de confidentialité