Fascicules et modèles gratuits rédigés par des avocats spécialisés.

SMIC 2018 : Quel régime juridique ?

Le SMIC correspond au salaire horaire minimum prévu par loi, en deçà de son montant l’employeur est en infraction de la législation sociale.

Le SMIC s’applique à l’ensemble des salariés majeurs, qu’importe la forme de leur rémunération.

Le salaire minimum présente une garantie pour les salariés dont les rémunérations sont les plus faibles, cela leur permet de participer au développement économique via l’augmentation d’un certain pouvoir d’achat. (L.3231-2 du Code du travail).

A noter toutefois qui ne sont pas autorisées les clauses comportant des indexations sur le salaire minimum de croissance ou des références à ce dernier en vue de la fixation et de la révision des salaires prévus par les conventions ou accords (L.3231-3 du Code du travail).

 

SMIC : Quelle définition ?

Initialement l’acronyme du « SMIC » était « SMIG » (salaire minimum interprofessionnel garanti) instauré par la loi du 2 janvier 1970 n°70-7.

En effet, cette loi prévoyait que la liberté des salaires s’accompagnait de négociations collectives concernant les rémunérations. Les négociations doivent être dirigées par les représentants des employeurs ainsi que les syndicats de salariés.

De plus, la négociation ne peut réduire les rémunérations en dessous d’un certain seuil. Ainsi, le SMIG était déterminé par les pouvoirs publics en considération du budget type d’un ménage suite à l’avis de la commission supérieure de la négociation collective.

Ce principe de salaire minimum est toujours en vigueur afin de permettre aux salaires les plus bas de pouvoir se rapprocher des salaires moyens.

 

Quels sont les montants en vigueur concernant le SMIC ?

Le décret n°2017-1719 du 20 décembre 2017 fixe le montant du SMIC.

Pour une personne majeure:

  • SMIC horaire brut è88€ brut soit 7.82€ avec déduction des cotisations salariales ;
  • SMIC mensuel brut è 1 498.47€ soit 1 184.93€ net avec déduction des cotisations salariales ;
  • SMIC annuel brut è 17 981.60€ soit 14 219.13€ net avec les cotisations salariales ;

 

Concernant les mineurs, l’article D.3231-3 du Code du travail prévoit un abattement :

  • De 20% avant 17 ans, soit un SMIC horaire brut de 7.90€ ;
  • De 10% entre 17 et 18 ans, soit un SMIC horaire brut de 8.89€.

 

Le SMIC représente une contrainte pour l’employeur car celui-ci ne peut déroger à la loi; en rémunérant un de ses salariés en deçà du salaire minimum prévu par la loi sous peine d’être sanctionné.

Dans cette hypothèse, l’employeur est contraint de verser des dommages-intérêts à l’intéressé. (Cass. Soc 17 mars 2016 n° 14–22.121).

Selon l’article R.2263-3 du Code du travail, est constitutif d’une contravention de 4e classe, lorsque l’employeur paie ses salariés à un montant inférieur. L’amende est prononcée autant de fois qu’il y a de salariés dans l’entreprise.

 

L’employeur bénéficie-il d’un soutien afin de mieux supporter les coûts ?

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) prévoit que la réduction générale de cotisations patronales inclura les cotisations d’assurance chômage et de retraite complémentaire à partir du 1er janvier 2019.

Aujourd’hui, dans le cadre du pacte de responsabilité et de solidarité, le dispositif zéro cotisation Urssaf permet à l’employeur d’un salarié au Smic de ne plus payer aucune cotisation, excepté l’assurance chômage. Le montant de l’allègement est égal au produit de la rémunération annuelle brute par un coefficient. Il n’y a pas de formalité particulière à effectuer.

De plus, les employeurs disposent d’un allègement des cotisations patronales concernant tous les salariés :

L’allègement des cotisations patronales s’effectue sur les rémunérations inférieures à 1.6 fois le SMIC soit 15.81€.

 

Exemple :

  • CDD, les salariés temporaires ou intermittents tels que les travailleurs saisonniers ou occasionnels, au prorata du temps passé au sein de l’entreprise au cours des 12 mois précédents,
  • CDI à temps plein, les travailleurs à domicile,
  • Temps partiel.

Les articles D.241-7 à D.241-11 du Code de la sécurité sociale prévoient ces dispositifs.

 

 

 

Fiche pratique mise à jour le 29 octobre 2018.

Tous droits réservés.

-

 

Maitre Data